Pådje:Théophile Bovy - Li grandiveuse, 1899.djvu/28

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cisse pådje ci a stî coridjeye ey est l’ minme ki l’ sicanaedje.
— 27 —

DADITTE

Awè, vosse pére si r’nette, i va v’ni, nos magn’rans tos essonle.

EMILE

J’a houïe ine faim d’leup !

DADITTE

C’est ine bonne maladeie ; ji m’va mette li tâve, pusqui c’est ainsi. J’a raccommôdé l’bouli aveu n’gotte des ognons. Est-ce qui v’s les aimez bin ?

EMILE

Vos l’savez bin èdon. Tant pus tant mieux.

DADITTE

Oh ! enn’a tot plein.

EMILE

L’affaire est bonne ainsi.

(Daditte sorté à dreute avou l’posson à l’bîrre)
SCÊNE VII
EMILE

Bonne mame ! Elle a des grandès îdeies ès l’tiesse, mins elle rach’têye bin çoulà par si bon coûr. Elle est tote containne d’aveûr on soper qui m’ragostêye ! (houtant) Tins, i m’sonle qu’on vint dè bouhî à l’ouhe. (i va vès l’pwoite, on bouhe) Intrez. (i va droviè, Mêlie inteûre avou n’pitite banse di gravêge)

SCÊNE VIII
EMILE — MÈLIE
MÈLIE

Pout-on bin intrer ?

EMILE

Saint-Pîrre a les clefs.