Pådje:Théophile Bovy - Li grandiveuse, 1899.djvu/27

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cisse pådje ci a stî coridjeye ey est l’ minme ki l’ sicanaedje.
— 26 —

DADITTE (mèprisante)

Taihîz-v’s don m’fi, li feumme c’est des si p’titès gins dai, et si vos avîz k’nohou ses parints comme mi c’esteut co brâm’mint pé !

EMILE

Oh ! mame, i n’fât nin les blâmer po çoulà ; si les gins sont parvinous à esse mîx qu’leus vîx parints, ci n’est qui d’l’honneûr por zels.

DADITTE
(mettant l’nappe so l’tâve)

Oh ! is n’sont nin parvinou… is n’sont todis qu’des p’tits ovrîs, mins is vôrît bin l’petter haut. C’est dammage qu’is n’âront mâie li tour. Les Gârnîr sèrît même riche, coviet d’ôr et d’ârgint qui ci sèreut todis zels. On chet piède ses poèches mins n’piède nin ses manîres.

EMILE (souriant)

Ji creus qu’vos n’aimez nin ces gins-là, mi mame !

DADITTE

Oh ! ji n’les hés nin, mins ji n’hâbite voltîs qui des gins à m’conv’nance (mèprisante) et les Gârnîr…

EMILE (riant)

C’est des trop p’titès gins, èdon !

DADITTE

Ji n’aime nin d’les hâbiter et ji donreus gros po qu’is n’vinahîssent pus chal.

EMILE
(allant louquî d’vins les marmittes)

Jâsans on pau d’aut’choi. Li soper esse-t-i prète ?