Pådje:Théophile Bovy - Li grandiveuse, 1899.djvu/26

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cisse pådje ci a stî coridjeye ey est l’ minme ki l’ sicanaedje.
— 25 —

DADITTE (hovant l’planchî)

Vosse mariège, mi fi. Vos n’hâbitez nin à m’manîre des gins qui v’s valet. Vos estez trop à l’bonne môde, Emile ; ine homme comme vos deut t’ni pus d’lu qu’çoulà.

EMILE

Oh ! mame, c’est esse foirt comme i fât qui di n’mépriser personne.

DADITTE

Ji n’vis dis nin dè l’s è mépriser dai m’fi. Mins, on n’les hâbite nin, on les lait po çou qu’is sont.

EMILE

Di quî volez-v’s pârler ?

DADITTE

Di baicôp des cix qu’vos prindez po camarâdes ; des ovrîs d’mons Baneûr ; vos riv’nez avou zels !…

EMILE

Bin qui volez-v’s, on r’vint dè l’même ouhenne, on fait l’vôie essonle, ci n’est nin po çou qu’ji sos dessinateûr qu’i m’fâreut fer l’grandiveux èdon.

DADITTE (viv’mint)

Çoulà c’est des raisons d’à vosse pére et si vos l’prindez po modèle, vos n’hâbitrez mâie qui des Pierre Gârnîr et tos gibiers dè l’même valeûr.

EMILE

Pierre Gârnîr est on brave homme qu’aclîve si famille en honneûr.