Pådje:Théophile Bovy - Li grandiveuse, 1899.djvu/25

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cisse pådje ci a stî coridjeye ey est l’ minme ki l’ sicanaedje.
— 24 —

DADITTE

On-z-est todis ossi contint d’vos ainsi, êmon Baneûr ?

EMILE

Todis pareie. On jâse même di m’dinner ine augmentâtion

DADITTE (containne)

Asteûr !

EMILE

Awè.

DADITTE

N’est-ce nin ès meus d’Julette di ciste annêye qui v’s avez co avu eune ?

EMILE

Sia.

DADITTE

Et vos ârîz co eune asteûr ! Bon là m’fi ! A la bonne heûre. (tote fire) Dè mons vos, vos n’sèrez nin on p’tit ovrî, comme vosse père ! On dessinateûr, c’est ine homme comme i fât ! Vos gangnîz déjà cint francs par meus ; vos parvinrez à nn’aveûr cint et cinquante. Et puis tos les ovrèges qui vos polez co fer après journèye… Allons jan, merci l’bon Diu, mes sohaits sont advinous et qwand ji mourrè, ji sèrê dê mons rassurêye so vosse sôrt. I n’y a co portant ine saqwoi qui m’chagrenne.

EMILE
(tot s’assiant dilé li stouve)

Di qwoi don mame ?