Pådje:Théophile Bovy - Li grandiveuse, 1899.djvu/20

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cisse pådje ci a stî acertinêye pa deus contribouweus.
— 19 —

GARNIR

Awè j’sés bin. Et mâgré çoulà, si vite qu’elle a stu mariêye elle s’a d’hombré dè lèyî-là l’mestî,

PORAI (pèneus’mint)

C’est st-on pau di m’fâte çoulà.

GARNIR (riant)

On est bin biesse hein, qwand on est jône marié.

PORAI

L’amour, hein valet.

GARNIR

Oui. (chantant) C’est l’amour l’amour l’amour
Qui fait des bouquettes â Pont d’s Ache.

Ji m’enn’è va jisqu’à pus târd. (riv’nant so ses pas) I n’a pus rin ès nosse plate hein ? (i louque) Non, plus personne. — Jisqu’à toratte.

PORAI

Awê Pierre. A r’veie.

GARNIR (sortant tot chantant)

L’Amour est enfant de Bohême
Qui n’a jamais connu de loi etc…


SCÊNE V
PORAI — DADITTE
DADITTE (rintrant)

Esse-t-i êvôie li bai Gârnir ?

PORAI (sérieux)

Ji n’sés poqwoi, mi, Daditte, qui vos v’s disputez tofér avou lu, savez.