Pådje:Théophile Bovy - Li grandiveuse, 1899.djvu/21

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cisse pådje ci a stî coridjeye ey est l’ minme ki l’ sicanaedje.
— 20 —

DADITTE
(va à l’armâ prinde si banstai âx crompîres)

Est-ce mi qui m’dispute ! Po quî m’prindez-v’s don vos ! Vos riez surmint ! Mi, m’disputer aveu Mossieu Gârnîr ! Qui n’pous-j’ ju mâ !

(elle vint pèler ses crompîres à l’tâve à dreute)
PORAI

Jan, vos v’s quarellez todis essonle, chaque feie qu’i vint chal.

DADITTE (viv’mint)

Oh ! ji n’vis cache nin dè dire qui jè l’hés çoulà ! J’aime mîx ses talons qu’ses bèchettes, ji l’a dit toratte à lu-même.

PORAI

Bin poqwoi parè, Pierre est-st-on bon valet. C’est bon qu’vos avez n’pique disconte di lu !

DADITTE

C’est ça, tinnez avou lu ! Vos frez hasse et roïe !

PORAI (rimettant ses usteies)

Ji n’voux nin t’ni avou lu, mins ji vôreus bin qui vos lî fise on pau pus d’ackeuïe qwand i vint chal…

DADITTE

I n’a nou risse !

PORAI

Vos fez tofér ine menne qwand il est chal…

DADITTE (di mâle houmeûr)

Oh ! ji n’sâreus fer d’aute !