Pådje:Théophile Bovy - Li grandiveuse, 1899.djvu/19

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cisse pådje ci a stî coridjeye ey est l’ minme ki l’ sicanaedje.
— 18 —

GARNIR

Nônna, elle ni pout mâ, i fâreut qu’elle si disputasse, et ci sèreut fer comme les p’titès gins. Daditte est trop comme i fât po çoulà. (cangeant d’ton) Qui voux-j’ ju dire, a-t-on quâsî fini ?

PORAI

J’a co quéquès crettes à fer.

GARNIR

Poqwoi n’prinse nin ine apprindisse don po fer çoulà. I t’aidreut todis !

PORAI

J’enn’a-st-avu. Ji n’a mâie polou wârder nouk.

GARNIR

Dis pus vite qui Daditte les k’chessîve.

PORAI

Oh ! c’est-st-ainsi. Ka vormint, leie, i n’a des joûs qu’elle mi freut bin pochî foû d’mes clicottes, téll’mint qu’elle est biesse !

GARNIR

Bin, inte di nos deux, quî compte-t-elle esse parè t’feumme ?

PORAI

Qui sés-j’ don mi ! Li feie dê roi bin sûr !

GARNIR

Portant ji m’rappelle co, qui qwand vos hantîz, c’esteut ine pitite bouw’resse, ou ristindresse don, ji n’sés pus â jusse.

PORAI
(fant des grands airs)

Ine ristindresse ! Elle gangnîve des censes savez !