Pådje:Théophile Bovy - Li grandiveuse, 1899.djvu/18

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cisse pådje ci a stî acertinêye pa deus contribouweus.
— 17 —

GARNIR
(fant comme po plorer)

Daditte, vos nn’allez ! Adon ji m’enn’ê va ossi. C’est por vos qu’ji d’monéve !

PORAI

Vos deux ! vos v’s appougn’rez on joû.

GARNIR

Nenni, ji n’mi vôreus nin batte avou Daditte, j’âreus li d’zos.

DADITTE (mèprisante)

C’est bon des gins comme vos qui s’battet.

GARNIR (moqueûr)

C’est sûr, madame Porai, des genses comme vous ne poulet mal dè s’faire rêmarquer. Vous n’êtes pas si peu d’chose què ça. Sè batte, c’est bon pour les p’titès genses, les crapuleux, les rien n’vaut ; on sét bien tout avâ l’Vinâve que vous êtes trop grandiveûse pour vous disputer sur la pavée !

DADITTE

Ji cours êvôie ji n’vis sâreus oï pus longtimps…

(elle sorte po l’dreute)


SCÊNE IV
PORAI — GARNIR
GARNIR (riant)

Ji n’sés vormint kimint qu’vosse feumme ni m’a nin co tappé à l’ouhe.

PORAI (même jeu)

Vos îrez sûr on joû !