Pådje:Théophile Bovy - Li grandiveuse, 1899.djvu/17

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cisse pådje ci a stî acertinêye pa deus contribouweus.
— 16 —

DADITTE (si ristournant)

Savez-v’s bin qui personne chal n’a mêsâhe di vos conseies, Gârnîr !

GARNIR

Ji m’ê dote bin ! Lambert n’a surmint nin mêsâhe d’esse escolé po esse maisse ès s’mohonne. (louquant Daditte) Heie, binamêye Daditte, quélle houmeur qui vos avez co ! Jan, fez-l’ on pau pus belle et vindez-l’ on pau pus chîr !

DADITTE

Ji fais l’houmeur qui m’convint… Et si çoulà n’vis va nin…

GARNIR (mostrant l’pwoite)

La grande porte m’est toute large ouverte à deux battants êdon ? Awê ! Oh ! ji sés bin qu’vos aimez mîx mes talons qu’mes bêchettes… et c’est po çoulà même qui ji n’sêreus mâie foû d’chal… J’aime tant di v’s fer n’gotte assotti dai !

DADITTE

Ji fais bin pau attintion à vos.

GARNIR

Vos l’dihez !

DADITTE

Et jê l’pinse.

GARNIR

Lêyîz pinser les bêguennes elles ont mîx l timps qu’vos.

DADITTE (riployant ses draps)

Enfin ! Volà mi ovrêge fini. Ji m’va r’mette tot çou chal à pont.