Pådje:Théophile Bovy - Li grandiveuse, 1899.djvu/16

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cisse pådje ci a stî coridjeye ey est l’ minme ki l’ sicanaedje.
— 15 —

GARNIR

Eune di trop pau, pinse-ju ; pasqui c’est comme li chanson parè mi Daditte.

(chantant)

J’aime bin dè beûre on p’tit hûfion
Et qwand on m’chêve li gotte,
Ji n’fais jamâie baicôp d’façon
Et qwand j’sins qu’ji halcotte,
So l’côp, sins târgî
Et sins m’fer pryî
Ji r’beus co saqwants d’meie
Ka po rotter dreut
Crêyez-m’ i fâreut
Todis vûdî l’boteie. (ter)

(vûdant) A vosse santé Lambert, mettans nosse morâle à profit, nè l’lèyans nin s’eschâffer. (is buvet)

DADITTE

Si vosse feumme ni louquasse nin à ses censes, vos nn’ê beurîz allez vos !

GARNIR

Mi feumme ni tint nin l’boûse savez ès l’mohonne ! C’est mi !

DADITTE

Nos savans bin qu’elle n’a rin à dire.

GARNIR

Sia, elle pout dire tot çou qu’elle vout… qwand ji n’sos nin là ; et qwand j’y sos, ji v’s l’a dit : ji n’l’accompte nin et tot quî pwoite li pantalon divreut jâser comme mi.