Pådje:Théophile Bovy - Li grandiveuse, 1899.djvu/112

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cisse pådje ci a stî coridjeye ey est l’ minme ki l’ sicanaedje.
— 112 —

GARNIR

Vude li gotte à Tonton va Lambert, elle li beurè bin.

TONTON

Après n’ sifaite novelle, awê sûr.

PORAI

Donne on pau quéques verres ainsi Piérre.

GARNIR

Ti m’ prinds surmint po t’ dômestique, toi Lambert.

EMILE
(présintant l’verre à Tonton)

Allons mame, à vosse santé.

TONTON

À vosse bonheur mes êfants. — Mins wisse est Daditte don Lambert ?

PORAI

Elle fait l’cafè, chal ês l’ couhenne. Nos l’ beurans tos essonle.

SCÊNE XIV
LES MÊMES — DADITTE
DADITTE (intrant d’dreute)

Li café est fait, savez !

TONTON

Aha ! Daditte ! Qui v’s aveus-je dit don ? Vêyez-v’s nos êfants ; vos vêyez êdon qui c’est ine destinêye ! (à Gârnir) Pierre ? Et l’coreu don qui rattind !

GARNIR

Li coreu sêrê corou êvôie. Houïe ji n’jâse nin d’ovrêge, ji mareîe mi feie. — Allons à vosse santé Emile.