Pådje:Théophile Bovy - Li grandiveuse, 1899.djvu/111

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cisse pådje ci a stî coridjeye ey est l’ minme ki l’ sicanaedje.
— 111 —

EMILE (l’abressant)

Mêlie !

MÈLIE

Qué bonheûr ! Emile !

EMILE

Mi p’tite feumme !

GARNIR

Vude on pau l’ gotte va Lambert, ka ji sins n’ saqwoê qui m’gateie ês gozî !

SCÊNE XIII
LES MÊMES — TONTON
TONTON (intrant po l’fond)

Jan don Piérre, on v’s rattind savez (vêyant les éfants s’abressî) — Oho !

GARNIR

Divins on meus, Tonton, nos magn’rans n’ crâse crompire â banquet di ces êfants-là !

EMILE (à Tonton)

Si vos l’ volez bin, savez !

TONTON (tote amakêye)

Ie ! ji sos tote amakêye ! Ie mi fi, Emile, ie mi fi ! Quélle surprise ! Vinez chal, jan, qui ji v’s abresse !

(is s’abresset)
MÈLIE

Oh ! mame !

TONTON
(rissouwant n’ lâme avou s’ vantrin)

Sêyîz hureux mes êfants. Et vos m’feie, fez todis comme vosse mére, vos n’ pôrez mâ.