Pådje:Théophile Bovy - Li grandiveuse, 1899.djvu/113

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cisse pådje ci a stî coridjeye ey est l’ minme ki l’ sicanaedje.
— 113 —

PORAI

À vosse bonheûr mi fi. — Tênez Mêlie on p’tit hufion aprês ciste émôtion ni v’s frê nin dê toért.

EMILE

Ji beus à l’santé d’ mi p’tite feumme et d’vins on meus nos frans li pus joyeux banquet qu’on âie mâie fait tot chal !

 

CHANT

Mi p’tite Mêlie comme ji m’ rafeie
Dê vûdî chal quéquês boteie,
Et d’ veie tot l’monde so l’houpo di-guet
À l’occâsion di nosse banquet.

(essonle)

À l’ocoâsion di leu banquet.

GARNIR

Et s’i n’ fât qu’ mi po v’s mette en train
Po qu’on beuse bin
Sêyïz sins pônne jônesse
Et s’i n’ fât qu’ mi po v’s mette en train
Sûr i n’ vis mâqu’rê rin.

(essonle)

Et s’i n’fât qu’ lu po s’ mette en train
Po qu’on beuse bin.
Sêyîz sins pônne jônesse
Et s’i n’fât qu’ lu po s’mette en train.
Sûr i n’nos mâqu’rê rin.


FIN

Lîge, li 10 Décimbe 1891.

Théophile BOVY.