Pådje:Théophile Bovy - Li grandiveuse, 1899.djvu/110

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cisse pådje ci a stî coridjeye ey est l’ minme ki l’ sicanaedje.
— 110 —

MÈLIE

Kimint !

EMILE (allant vês Mêlie)

Mèlie, ji vins di v’s dimander ès mariège et nos nos marians d’vins on meus. Nos parints sont turtos d’accoérd !

PORAI

Volà, n’novelle èdon !

GARNIR

Estez-v’s containne ?

MÈLIE (rabressant s’pére)

Oh ! papa !

EMILE (bas à s’mame)

Mame, dihez-lî n’ saqwoè…

DADITTE

Awè…

MÈLIE (à Daditte)

Madame ! Mame ainsi èdon !

DADITTE

Sèyîz n’ bonne feumme di manège mi feie, c’est çou qu’ ji v’s rikmande. Ji m’ va sognî po l’ cafè.

(elle sorte à dreute)
SCÊNE XII
LES MÊMES mons DADITTE
EMILE (corant adlé Mêlie)

Mèlie ! Mèlie !

GARNIR

Abressîz-l’ allez, ji voux bin, et léïe ossu bin sûr !