Pådje:Théophile Bovy - Li grandiveuse, 1899.djvu/109

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cisse pådje ci a stî coridjeye ey est l’ minme ki l’ sicanaedje.
— 109 —

GARNIR

Vos nos là div’nous quâsî parints nos deux, ni nos abressans-gne nin ?

(il abresse Daditie par foêce, leie aprês côp rihoube si visêge avou s’vantrin)

PORAI
(fait des gesses pasqui Gârnir a rabressi Daditte)

Les deux êfants s’ vêïet voltis, ji creus qui sèront hureux ès manège.

GARNIR

Li mariège est po tot l’ monde li mînme, i n’a des spennes et des rôses tot costé. Mins qwand l’amour y est i r’médeie à baicôp des affaires.

EMILE

Adon ji responds d’nosse bonheûr.

SCÊNE XI
LES MÊMES — MÈLIE (po l’fond)
PORAI (à Emile)

Vochal vosse feumme.

MÈLIE (ni comprindant nin)

Nenni ci n’est qui s’ feie. Bonjoû savez tot l’ monde. — Papa, i n’a l’ coreu d’mon Lakaye qu’est ès l’ mohonne qui v’s rattind. Mi mama m’a-st-èvoï po v’s houquî.

GARNIR

C’est bon qui rattinse. — Mi feie, volez-v’s bin di c’ grand valet-là po voste homme ?