Pådje:Théophile Bovy - Li grandiveuse, 1899.djvu/101

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cisse pådje ci a stî coridjeye ey est l’ minme ki l’ sicanaedje.
— 101 —

PORAI

J’a dê mâ mes ch’vex, valet, ji n’ m’a polou t’ni â vis di tote li journaie. Mes gravèges sont d’ manous â pont qu’estît sem’di.

GARNIR

Bah, on s’ rattraprè d’main.

PORAI

I fârê bin.

GARNIR

Daditte fait co bin n’seûre menne là.

PORAI

Oh, leie, elle est tofér ainsi.

GARNIR
(i vint s’assîr à gauche dê l’tâve)

Et savez-v’s bin poqwoê ?

PORAI

Elle n’ê sét rin leie-minme.

EMILE (à s’pére)

Qui fait-elle don m’ mame ?

PORAI

Ji n’ê sés rin, elle bardouhêye là ês l’aute plêce.

GARNIR

Buvans-gne on verre ?

PORAI

Çoula nos r’mettrê on pau, hein ?

GARNIR

I mê l’ sonle.