Pådje:Théophile Bovy - Li grandiveuse, 1899.djvu/11

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cisse pådje ci a stî acertinêye pa deus contribouweus.
— 10 —

GARNIR

I fât bin qu’ji faisse çou qu’ti n’wesse fer !

PORAI

J’aime mîx l’tranquillité, mi Pierre, et pus vite qui di m’disputer…

GARNIR

Vos aimez mîx di v’s taire et dè d’ner tofer raison à vosse feumme. Ci n’sèreut nin mi parè !

PORAI

Pa vos d’hîz toratte qui vos lèyîz barbotter Tonton sins l’responde.

GARNIR

Pasqui ji sés bin qu’elle assottihe co pus qwand ji n’l’accompte nin ! Mins i n’fâreut nin qu’elle rottasse so mes pîds savez, pasqui (chantant) je lui toiche la tiesse, tout comme à un colon, tout comme à un colon ! (pârlant) Oho, à propôs d’colons, Lambert, ji m’va houïe mette mi jône…

PORAI

Qué jône ?

GARNIR

Pa m’jône bleu, qui j’a sèchî foû dè l’frumelle qui Jôseph m’a d’né ! Ine bonne sôrt valet, on colon qu’a fait totes les tappes l’annêye passêye et qu’a tofer riv’nou d’vins les prix, — l’asse rouvî ?

PORAI (si sov’nant)

Nenni, nenni, on bleu, ji m’è sovins !