Pådje:Antoine Bouhon - Les deux maisses d’armes, 1896.djvu/15

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cisse pådje ci a stî acertinêye pa deus contribouweus.
— 15 —

CATHRÈNE

Si vos r’çuvez les gins a côp d’botte ou côp d’solés vos wâdrez sur vos candes.

MATHI

Qu’ess’ qui vos m’ramtez là… Taihîv’ vos n’savez çou qu’vos racontez et dabore ci n’est nin vos affaires… tot asteure ji veus l’côp qu’elle mi va d’né twèr (Mathi sorte tot mâva).

CATHRÈNE

Et bin vola sûr ine belle journaie, kimint tot çoula vas-ti fini… Mi qui comptéve vèyë tot l’monde ès liesse, c’est tot a fait l’contrâv… Mon Diu mon Diu, qu’enn’ avaîrais-ti, c’est po piette li tiesse çoulà.


SCINNE V
CATHRÈNE, JOSEPH ET COLAS
COLAS sos l’poètte

C’est l’bon momint fré Joseph, elle est tote seule, intrant.

JOSEPH tot fou d’lu

Cathrène ! mi binamaie crapaute.

CATHRÈNE

Joseph ! vos v’la rinv’nou ? (is rabressait).

COLAS a pârt

I vas bin l’fisique, i vont torate pâmer.

JOSEPH

Ji n’ çou qu’c’est, mins ji veus tot bablou.

COLAS

Et bin vola sur ine belle, vos n’polez wâde èdon vix fré.