Pådje:Antoine Bouhon - Les deux maisses d’armes, 1896.djvu/14

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cisse pådje ci a stî acertinêye pa deus contribouweus.
— 14 —

MATHI

Wâyë… nom d’un hû… C’est ainsi flamind.

YANN’

Mais… moncheu Mathi.

MATHI

Kimint don flamind d’potinse, vos avez l’toupet di bouhî sor mi avou l’hov’lette (Mathî apogne si mârtait).

YANN (pui coure âtou del plèce)

Mais moncheu Mathî jel faite çoulà pour faire du bien, pour séparé vous autes.

MATHI

Rawâd’on pau t’enn’ès va st’avu dè bin (yann’ si sâve). Flamint va ; Mi qui li apprindev’a tiré d’arme et i vint… (i fait l’jese dè bouhi). nom d’un hu !… (Cathrène rinteure).

CATRHÈNE

Mins qu’a-ti poquoë vi z’avez-v’s batou.

MATHI

Çou qui n’a ? Ni soutins-ti nin qui m’a touché tot fant qu’c’est mi qui li a foutte n’botte ès plein stoumack.

CATHRÈNE

Ine botte.

MATHI

C’est sure ine botte : et n’maiss èsco.

CATHRÈNE

Qu’a-ti fait mon Diu, po bouhi avou n’botte sor lu.

MANTHI

Hin !…