Mi baudet, mi cwârp, mi coûr

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Mi baudet, mi cwârp, mi coûr

Mi baudet, mi cwârp, mi coûr

Tant d’ djoûs, tant d’anéyes qu’i m’a sièrvu ;
Là waîte, i n’è pout pus !
Rin qu’a veûy l’ovradje, i spornéye,
C’èst mi qui fait corwéye !

Dji n’ wasereû pus rin li d’mander,
Il a d’dja tant d’né.
Audjoûrdu, i lî prind one tosse,
Quand c’èst qu’i faut qu’il osse.

Al mwinre trote, i faut qu’i s’astantche :
Rademint on chame, on mantche.
Ça bardouchîye fèl dins sès cwasses
I n’a pu wêre di fwace.

L’ome di syince m’a acèrtiné
Qu’i l’ poreût co r’taper.
Faureût qu’i r’passe pa s’-t-auté
S’on l’ vout co chaper.

Ci sèreût quéquefîye on bon plan.
Po co durer dîj ans…
Si l’ baudèt pèrit pa lès pates,
I continoûwe à s’ bate !