Li pess’ divin les biess’

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Jean de La Fontaine
Li pess’ divin les biess’
ratournaedje da Joseph Lamaye
1868
[ 1 ]
LI PESS’ DIVIN LES BIESS’[1].

On mâ qui d’bin lon fait fruzi,
Qui donn’ li pawe â pu hardi,
Qui n’sipâgn’ ni foiss’ ni coreche,
Qui siev’ â Bondiû d’inn’ grand’ veche
Kwan l’mond’ divint par trop calin,
Et qui semm’ li môër à deux main,
Li pess’, pusqu’el fâ dire,
Flahif so tott lè biess’ kom’ on kô d’aloumire,
Et lè r’vierséf turtott’… Lè ciss qui n’morî nin
Toumî el l’angoneie,
Lanwihî et n’fî pu nou bin ;
Lè mechantt’ kom’ lé bonn’ minî n’pôv’ vicâreie !
El pless’ di s’rikweri, les ouhai s’dicoplî :
Lè puz amoureu s’respounî ;
Li Leu, li Rnâ, l’Mohet, n’tuzi puz à magnî !
Leu souverain l’ Lion fit rassimblé s’conseie
Et deri : « Mèz ami, n’zavan n’laid’ maladeie ;
» Vo m’creuré s’vo volé, mais j’pins’ qui no pechi
» Sont câs’ qui l’paradis vou no sacrifiî !
» Po l’rapâvté, j’a-t-oïou dire
» Qui dè vî tin passé on crééf on mârtire ;
» N’esti nin jus’ de fé d’hâssî
» Li ci qui d’vin noz aut’ si troûvret l’pu mâssi ?
» Exâminon bin noss’ consciînce ;
» Qui fessan no : qui to l’mond’ vinsse

[ 2 ]

» Dir to l’mâ qu’il a fait,
» Sin l’conté so s’pu bai :
» Li Bondiû l’vout ainsi, qui l’pu calin perihe,
» Po qu’to l’ress’ si r’werihe !
» Por mi, gi va kmincî : ja stronlé, sin minti,
» Po fé gleté m’minton, quek dozainn’ di berbi !
» El ni m’avî rin fait, ka j’vou qui l’boïe m’abatte,
» So l’tin qui j’lè kdâssif, el mi lechî lè patte !
» J’a ko fait pé, ka j’a magnî,
» Pu d’on biergî !
» Gi so pret’ à mori ; mais d’van çoula gi pinse
» Qui po fé l’dreu dè jeu, po rind’ inn bonn’ sintince,
Vo d’vé v’ni, tour à tour,
» Divan to l’pârlumin, com’ mi, d’lahî voss cour ;
» On poiret apreum’ veie
» Li ci qui fâ qui s’sacrifeie. » —
« Grand princ’, » l’y dit li Rnâ, « v’zavé trop di bonté
» Dè prind’ po dè pechî des œuv’ di charité !
» Quimin, sir, vî r’pinti d’avu crohî de biess
» Qu’on magne à tott le tâv’ ? Personn’ n’el voireu crem !
» Li canaïe deût ess’ fîr de noûri l’haut’ nôbless !
» Vo ! magnî de mouton ? vo l’zy fî bin d’l’hônneur !
» Po souk qu’è dè biergî, soula n’merit’ nol grâce :
» Si lè biess’ n’ont nou dreu, cè z’el quenn-è sont câse ! »
Ainsi jâsa li Rnâ,
Et l’zaut’ dè brair vivâ !
To l’mond’ bawîf è tér’, on n’trovéf rin à r’dire
A moumin qu’l’Ours et l’Tîk’ quifessî leu mehin ;
Tott’lè hagnantè gueuïe estî dez ang’ d’â cire,
Dè binamé pti saint !
Lè crim’ di to lè chaie-carelle
N’esti qu’dè p’tite bagatelle…
Kwan ci v’na l’tour di l’âgne, i deri : « Gim’ sovin,
» Mais gna d’soula bin dez ânnaie,
» Qui j’passéf, à l’vespraie, el praireie d’on covin,
» Gi n’aveu ko fait nol’ euraie,
» J’asotihéf di faim et d’seu !
» Li four, qu’odéf si bon ! m’montéf jusqu’â z’oreie ;

[ 3 ]

» Li diâl et l’apétit m’fî jairî to lè deux :
» Po l’vier dè cour g’ennè saya n’piceie…
» Vola m’pechî, von’ ès jug’ré, » —
« Hârû, pelaie kûreie ! » Breia-t-on d’to costé…
On Leu, qu’esteu on pô Jesuite,
Précha qui falef â pu vîte
Maskâssé ciss’ veie ross’, ci tigneu sin z’esprî,
Qu’esteu câs’ di to leu displi !
« Hapé l’hieb’ d’on covin ! vâreu mî d’moudri s’pére ! »
Noss’ pôv bâdet fou bin vitt’ moëre.

Vo seré neur ou blanc, à l’cour on v’juge ainsi :
C’è l’gro pehon qui magn’ li pti !

J. Lam
  1. Imitation wallonne des Animaux malades de la peste, de La Fontaine.