Les bièsses malades dè l’pesse

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Emojione 270F.svg Ciste ouve ci egzistêye eto divins ds ôtès ortografeyes : Rifondou walonFeller-Haust-Stasse.
Jean de Lafontaine
« Les Animaux malades de la peste »
ratournaedje da François Bailleux
ASLLW t. 3, p. 85-87, 1867
[ 1 ]
LES BIÈSSES MALADES DÈ L’PESSE [1].
(LIVE VII, FAVE I.)

On mâ qui fait les cours tocter,
Mâ qu’Dièwe, on joû di mâvasté,
Trova po fer spani ses pèchis à noss’ terre,
Li pess’ (pusqui ji deus l’baptiser di s’vrèie no),
Qu’est à mêm’ so quéqu’ joûs di nos èterrer tos,
Féve âs pauvès bièss in’ fell’ guérre.
Ell’ ni morît nin tôt’, mais turtot’ malârdît :
On n’è veyév’ noll’ po s’aidî,
A lanwi quéquès heur’, lum’ciner hâre ou hotte ;
Nou boquet n’gostéve à l’pus glotte.
Li r’nâ n’alléf pus à l’affut
D’in’ pauv’ poillette èrî di s’vôie ;

[ 2 ]

Les colons ni s’ riqwerît pus :
Evôie l’amor, adiet les jôies !
Li Lion t’na conseil et d’ha : mes bons èfants,
Ji pins’ qui Diew’ mette enn’avant
Po nos mâfaits ciss’ maladeie.
Qui l’pus mèchant, li pus calin,
Si lîveure à l’colér di noss’ maiss’ soverain ;
Mutoi rach’têieret-i noss’ santé et noss’ veie.
J’a léhou in’ sawiss’, divint des vîs papis,
Qu’on a veyou des s’faits marchîs.
Ainsi n’nos s’pârgnans nin ; loukans sins nou distour
Chakeune è pus parfond d’noss’ cour.
Po m’part, à continter mes goss’ et mi appétit
J’a magnî traze et traz’ berbis.
Qui m’avît-ell’ fait ? — rin dè monde ;
I m’mestouma, creu-j’ mêm’, saqwants côps di magnî
Li biergî.
Ji donn’ don m’veie por vos, s’el fât fer, mais ji compte,
Qui chakeun’ tot comm’ mi deut fer s’ meâ culpâ ;
Il est à sohaitî, ci n’est qui justice’ peûre
Qu’on faiss’ pèri quî qu’est l’pus neûr. —
Sir, vos estez bin bon, baicôp trop’ dist li r’nâ ;
Vos mostrez, à dir’ vrêie, trop’ di délicatesse.
Là ! magnî des berbis, peûr chin’treie, sottès bièsses,
Est-c’ fer pèchi ? Nenni, Seigneur, vos l’zî fèrîz
On grand honneûr à les crohî :
Po çou qu’est dè biergî, j’ois’ dire
Qu’i mèritéf co bin aut’choi ;
N’esteut-i nin d’ces gins qui vorît nos fer l’loi
À nos, qu’Diu feri les prumîrs ?
Ainsi pârla li r’nâ ; vivât d’hît les plaqueus.
On n’oisa trop avou les leups,
Avou les tigu’, les ours et les aut’ gros voleurs,
Jâser di leûs pus laidès keûres.
Tot’ mâl’ tièss’, tot’ foit’ gueuye et jusqu’âs pus simp’ chins
À z-oyî l’onk et l’aut’ n’estit qui des p’tits saints.
À s’tour l’âgn’ si k’fessant derit : J’a-t-in’ dotance

[ 3 ]

Qu’in feie ammi l’wêd’ d’on covint,
L’occâsion, l’faim, li four qui m’montéf jusqu’à l’panse,
Li dial’, pins’ju, m’tentant â d’vint,
« Ji paha foû dè pré comm’ mi linw’, nin pus lâge ;
» Ji n’ esteus nin è m’ dreut, s’el fât dir’ comme il est. —
I n’aveût nin fini qu’on jurév’ so l’bâdet.
On leup, d’meie avocât, fat on discours d’in’ pâge
Po prover qu’i fallév’ moudri sins pièd’ nou timps
Ci pèlé, ci pouyeux d’où-c’ vinév’ tot l’mèhain.
On jugea qu’on té fait méritév li potince.
Magnî l’hiéb’ d’on covint ! haie ! vite in’ bonn’ sintince !
C’esteut in’ trop douc’ pènitince
Qui l’moirt po c’brigand-là. On lî fat bin veyî.
 
V’là comme i va, paret, d’vint les palâs des princes
Foirt, on v’fret des mameîes ; flâw’ vos serez striyî.

F. BAILLEUX.
Août 1857
  1. Ja mettou ottant d’vers qui La Fontaine, nè pus nè mon dè l’même meseure, et j’a t’arringî les rîmes, mâles ou frumelles, tot fin pareie qui lu.