Lès tchafiâdjes da p’tit Louwis/4

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche

Michael Schumacher

- Et v’là co ène pâdje di l’istwêre du spôrt qui s’èva ratoûrner! Es’côp-ci, c’è-st-ène pâdje di l’istwêre d’èl formule yin qui vént d’ès’ toûrner, rolà au Brésil èt pus spéciâl’mint à Sao Paulo. El 22 du mwès d’octôbe 2006, Michael Schumacher a stî fièstè come i s’dwèt pa tous lès céns qui bout’nut dins s’n-écurîye èt ètou pa s’famîye. - Es’n-ome-là, c’è-st-in monumint à lî tout seû ! Dji m’rapèle èl côp qu’dj’aveu stî l’vîr couru à Francôrtchamps. Gn-a nén à dîre, mins i lénra in grand vûde dins l’coeûr dès amateûs di formule yin ! Es’côp-ci, il a satchi s’rèvèrince. Parètreut qu’il a dit qu’i n’èsteut nén disbautchi d’ès’ djoquer, pace qu’adon il âreut continuwè à couru. - Et au cominch’mint ! Qué mémwêre, no P’tit Louwis. L’ome aveut cominchi à couru en F1 en 1991. C’èsteut pou l’écurîye Bènèton. Es’n-anéye-là, pou s’deuzième Grand Pris (à Monza), il aveut lachi pa-d’vant lès gazètîs qu’i crwèyeut qu’ène vwètûre di formule yin èsteut pus malaudjîye qui ça à mwin.ner. Vos vos rindèz compte di ç’qui troteut d’djà dins s’tièsse adon. - Mi, çu qu’dji préfère dins lès coûsses insi, c’èst quand is pârt’nut èt qu’i gn-a d’s-ac.cidints. D’èl tôle frwèsséye hin, mins nén dès môrts come èl pauve Ayrton Senna à Imola en 1994. Pou d’è r’vènu à Shumi, èl vûde s’ra dificil’mint rimpli. Et co, is d’vront s’mète à saquantes. Lî, ès’ pâlmarès èst tèrîbe, èt on n’sâreut tout lomer : lès sèt tites di tchampîyon du monde, sès 91 victwêres, sès 154 podiomes, sès 13 victwêres dissus l’min.me séson (en 1994) èt tout l’rèstant. Mins Schumacher èst tout d’min.me èn-ome. Quand après l’coûsse, il a arivè à s’motorôme, i s’a tout d’min.me mètu à brêre. Qwè v’léz, on n’satche nén ène rôye dissus ène câryîère di 16 anéyes passéyes au volant d’ène vwètûre di formule yin èt co mîyeu à l’tièsse d’èl coûsse, sins-awè n’mîyète di nostaljîye. Faut dîre ètou qui sès spales èstit n’mîyète s’crantes à z-awè d’meuré au pus waut nivau. D’après s’n-atatchéye di prèsse, l’ome ‘steut s’crant tant fysiqu’mint qui mental’mint. A 37 ans, ès’ côrps n’encaisse pus lès-èfôrts come dins l’timps. Lès-entrin.n’mints tèrîbes d’au mwins très bounes-eûres d’èc.sèrcisses par djoû sont deûrs, sins roubliyî ètou l’prèssîyon dès médias èt d’sès supôrtèrs. - C’èst seûr malaudji d’yèsse yin dès pus grands spôrtifs di tous lès timps ! Dès-autes coureûs ont bén cachî d’ès’ mète dissus s’tchimwin, mins is n’ont nén seû bârer l’vôye à no Schumi. C’èst seûr qu’i gn-âra dès r’côrds qui n’s’ront jamés batu. Il a vrémint mârquè l’èspôrt automobile. Pou s’dèrène coûsse, i n’a pont yeû d’tchanse, min.me ausès sèyances d’èssais. Et co pîre durant l’coûsse avou l’èpneû qu’a crèvè. Mins pour lî, rén n’a candjî, sinon bran.mint d’pus d’gazètîs à l’arivéye. Ah si fét. Es’ casque, woù-ç’qu’on z-aveut mârquè lès nôs d’sès 91 victwêres (di Bèljîque en 1992 à Shanghai en 2006). A paurt çoulà, pour lî, quand i monte dins s’vwètûre,c’èst l’boutâdje di tous lès côps. Pou lès céns qui wèy’nut voltî l’formule yin, l’ome dimeur’ra toudis l’lumèrô yin dins lès coeûrs. Quand à l’passîyon d’èl vwètûre di coûsse, èle dimeur’ra ètou, mins i faura du timps pou z-ariver à wéti dès Grands Pris sins lî, en s’dijant qu’avou Schumi, ça âreut stî pus spitant èt qu’gn-âreut yeû pus d’èspèctaque. - Mins bah, qu’i s’rapauje bén, i l’a bén mèritè, no Schumi !