Bon Dièw ! quu c’èst grand pon.ne d’in.mer cès bâcèles

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Emojione 270F.svg Ciste ouve ci egzistêye eto divins ds ôtès ortografeyes : Mwaisse modêye (diviè 1600) - Rifondou walon.
Bon Dièw ! quu c’èst grand pon.ne d’in.mer cès bâcèles

Bon Dièw ! quu c’èst grand pon.ne d’in.mer cès bâcèles ![1]
Ci sont totès costindjes qu’i fât mète âtoû d’ zèles :
Quand iles vus-ont lès courtisons,[2]
i lès[3] fât lès tchin.nes èt pindonts,
lès fièrs d’ârdjint atot lès pièles,
afin qu’ille avizèhe pus bèles.

I lès fât lès cotrês di quatrè-vint florins,
dès barètes à dozin.nes èt ot’tant di d’vantrins,
dès blancs, dès bleûs, dès viyolés,
dès cis du sôye, tot passemintés;
po dès tch’mîhes, on n’ louke nin po-d’zos :
quand ille ont-eune, c’ è-st-èco trop !

S’i vint-on p’tit haclot qui dimande du s’ marier,
iles vè l’ haperont-â mot, co qui n’ s’ è f’reût qu’ moker.
Onk qui n’ âreût nè d’nî nè mâye,
porveû qu’il eûhe dès bonès brâyes,
i s’ f’reût si bin di cès bâcèles,
qu’ i vikereût so s’ pike âtoû d’ zèles.

Mins, quand on-z-èst marié, fât dire : « Adieu, bon tins ! »
i fât-aler tchaver po wangnî po dè pin,
po noûri on mâssî panê
qui n’ sâreût pèler on navê,
qui n’ sâreût lèver on fistou
s’ ile n’ a-t-ine damehèle après s’ cou !

C’ èst l’ ruwine d’ on manèdje, ca on n’ èl sét où-ce prinde !
I fâ tot-z-èwadjî djusqu’à lès prôpès cindes.
Co qu’ on n’âreût nè pan nè pèce,
s’ i lès fât-i r’parer leû tièsse
di bês paremints tchèrdjîs d’ fins pièles
po d’morer è pâye âtoû d’ zèles.

Ci qui-a fait « la chanson » a stu marié ine fèye,
dit qu’ i-èst fou dè l’ prîhon d’pô qu’i-a pièrdou s’ pârtêye;
èt s’a-t-i dit à pére, à mére,
qu’i rîmereût putwèt âs galéres.
S’il atoume bin, c’èst d’avinture,
ossi bin à Lîdje qu’à Namur !


Pî-notes

  1. Avou l' riscrît e Feller, i manke on pî. Sabaye s' on prononcive li halcrosse E di ponnE ? Maurice Piron, dins si antolodjeye, ratjoute on « totes » (cès bâcèles). Dins l' modêye Aberteke, c' est on « ki » (ki d' inmer…). Li rexhowe est motoit dins l' prumî boket « Bon Diu » ki pôreut esse Bon Diè est (/bɔ̃.djɛ.wɛ/) (loukîz li modêye e rfondou).
  2. Oyon an/on avou l' son « on » mostere on maxhaedje des cognes di l' w:oyon an/on.
  3. prono d' djin nén direk flotchrece u vî vî; asteure: lezî.