Acoréz tos po v’ni hoûter

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Emojione 270F.svg Ciste ouve ci egzistêye eto divins ds ôtès ortografeyes : Ortografeye do papîscrît (1788) —  Ortografeye SLLW vî sistinme (1881) —  Ortografeye Maurice Wilmotte (1891) —  Rifondou walon.
Acoréz tos po v’ni hoûter
ricoridjaedje da Lucien Mahin del modêye da Roger Pinon,

Acoréz tos po v’ni hoûter
I.

Acoréz tos po v’ni hoûter
One paskêye tote novèle
Fête so quéques mèssieûs signés
Èt so quelquès d’mwèsèles
Qui s’ dunèt on pô trop’ di ton,
La faridondêne, la faridondon !
I nos lès fåt tos fé rodji,
Biribi !
— À la façon de Barbari, —
Mes amis !

II.

Lès cès qu’ont signé lès prumis
Sont-is tos capitênes ?
N’ sèreût-ce nin pus vite dès hièrdis
Qui n’ savèt qu’ draper l’ lêne ?
Is n’ savèt quand on mousquèton
La faridondêne, la faridondon !
Èst-st-amwèrci ou bin tchèrdji
Biribi !
— À la façon de Barbari, —
Mes amis !

III.

Is contèt même duvins leû côrps
Dès capitênes en chîfe ;
Lu fame d’onk quu d’vins lès transpôrts
I-aveût pawou d’on lîve ;
Volà one bêle bâne du poltrons !
La faridondêne, la faridondon !
Dj’ lès freûs l’ bâbe avou çou quu dj’ tchî
Biribi !
— À la façon de Barbari, —
Mes amis !

IV.

Lès cès qui sèwèt, cès-voci
Sont dès martchands d’ clicotes,
Du huflèts, d’ salâde, du papi,
Èt lu …
Deûs gros pôtieûs …
La faridondêne, la faridondon !
Èt on-orféve bin aplati
Biribi !
— À la façon de Barbari, —
Mes amis !

V.

Quâsi tos lès priyèsses dè lieû
Su rêdèt nécèssêres ;
On sét portant qu’is n’ont nin dreût
Du s’ mêler d’ nos-afêres.
Mês on l’s-âhe rambâré tot d’ bon
La faridondêne, la faridondon !
S’is n’ s’avahint turtos dusdit
Biribi !
— À la façon de Barbari, —
Mes amis !

VI.

Dju louke tot lâdje du vèy duvins
Dès dirècteûrs du pauves,
Dès foleûs, dès boldjis tot plin
Èt dès martchands d’alcôves,
On martchand d’ fiér qui-èst on capon,
La faridondêne, la faridondon !
On martchand d’ vin qui fêt l’ bårbi
Biribi !
— À la façon de Barbari, —
Mes amis !

VII.

Adon dès sègneûrs-fabricants
Sèrvèt tote ci clique,
Èt tos lès nôbes nègociants,
Directeûrs du fabriques.
Is s’ dunèt turtos bin dè ton
La faridondêne, la faridondon !
Èt d’ timps passé i-èstint si p’tits
Biribi !
— À la façon de Barbari, —
Mes amis !

VIII.

Asteûre is n’ polèt måy pus må
Qu’ d’ènn’ aler ås deûs rawes ;
Is sont mambours dès-ospitås,
Is gruzèt lès ruv’nawes
So l’ timps qu’ dès bons vîs-Èburons
La faridondêne, la faridondon !
N’ont nin tot leû sô à magni
Biribi !
— À la façon de Barbari, —
Mes amis !

IX.

Po l’s-èchèvins qui ont signé,
Is n’ polint rin fé d’aute ;
I-arint stu tos congédiyés
Dè pârti conte nos-autes.
Mês y-a-t-onk duvins Andrimont
La faridondêne, la faridondon !
Qui n’ vât rin qu’ po vêde de papi
Biribi !
— À la façon de Barbari, —
Mes amis !

X.

On-z-î veût one hiède d’autès djins
Qui n’ valèt nin qu’on lome ;
C’est-st-one si fiêre båne du catins
Qu’i-n’a nouk onéte ome.
On-z-î veût tchèp’tis, maquignons
La faridondêne, la faridondon !
Èt même on gros martchand d’èkis
Biribi !
— À la façon de Barbari, —
Mes amis !

XI.

Po cès qui-ont signé po l’ovri,
I-ont oyou bin grand twért.
Y-ènn’a qui-ènn’ ont dèdjà rodji
Èt n’s savans bin l’istwére.
Mês i-èstint tos dès firs couyons,
La faridondêne, la faridondon !
I-avint sagn d’aveûr leû condji
Biribi !
— À la façon de Barbari, —
Mes amis !

XII.

Por mi, dj’é po monsieû Fiyon,
Po çou qu’on sâreût-èsse ;
Dj’ li dôreûs dièrène gote du m’ song,
S’i-ènnè d’véve fé del fièsse ;
Èt ç’ sèreût por mi on bê don
La faridondêne, la faridondon !
D’ m’ aveûr por lu sacrifiyi
Biribi !
— À la façon de Barbari, —
Mes amis !

Ci tecse cial a stî riscrît pa Roger Pinon ey eplaidî dins La vie Wallonne, 65 (414-415) (1991), p. 71-74.

Come dins les arimés ancyins, on prononce des halcrosse E, nén seulmint å coron, mins eto å mitan des mots. Nos les avans metou e cråssès letes. Des côps k’ i gn a, i n a des ôtes moyéns di rfé l’ pîtaedje, trovés pa des ôtes riscrijheus.

Gn a deus vers nén lijhåves al 4inme estrofe (Èt lu … / Deûs gros pôtieûs …).

Al cénkinme « S’is n’ s’åhint turtos dusdits », a stî riscrît « S’is n’ s’avahint turtos dusdit », ca (1) avou l’ codjowa « åhint », i manke on pî ; (2) li [s] del croejhete francesse ni s’ aplike nén e walon avou les viebes å prono, poy ki l’ aidant viebe est "awè".

Al nouvinme, Roger Pinon aveut noté « Po l[è]s-èch’vins ». Dj’ avans yeu ptchî di riscrire « Po l’s-èchèvins ».