Ène bauke su lès bwès d’ l’Ârdène/I

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Emojione 270F.svg Ciste ouve ci egzistêye eto divins ds ôtès ortografeyes : Rifondou walon.
I : Dès tchènês ou cûr

Pèler aus tchènês

— Dins timps, lès djon.nes djins dès viadjes in.mint bin 'nn' aler fére la dicauce à gautche èt à drète, come lès djon.nes d'ènut', ma fwè. I gn-è quu ça n'astot nin si aujî qu'asteûre pou ramasser quate sous. C'est pou ça qu'is wêtint souvint du trovu ène pitite ovradje dins lès bwès.

Quand dj'astos djon.nê, ène miète pus vî qu' twè quand' min.me, sés', yink dès mustîs qui nous rapwârtot l' pus, ç'astot d'aler pèler aus tchènês. Ç'astot dès-aubes du vingt trante ans. C'èst zês qui rindèt la mèyeûte sucwâce, qu'i parait. On-avot drwat d' pèler lès cés qu'astint su s' paurtadje du virêye, qu'on z-avot tiré après la nouvèl-an. Quu, pa dès côp, on-è f'jot co ène paurt û deûs d' pus, souvint qu'in vî vèjin vous-avot d'né lès scwâces. Pou c'mècer à pèler, i falot ratinde lu mwès d' maîye, ou moumint qu' la sève cumèce à monter. Ça dèrot trwâs s'mwin.nes in mwès au long. Adon, in côp qu' lès-aubes fouyint, on n'î p'lot pus aler, èt i falot ratinde la séve du l' Sint-Djan, come on d'jot.

- Et c'èst quand, non.nonke, la Sint-Djan ?

- Â, c'èst vraî, vous n' counichèz pus vôs sints, don, vous-ôtes. Èt bin, la Sint-Djan, ça tume lu 24 du jun. I n'î plût nin souvint. Mais quand i plût, on dit qu' la plûve du l' Sint-Djan fwait dès noûjètes toute poûrîyes… Adon, on wêtot d'awèr ène bone djoûrnêye. Ca, à l' prèmîre tèrmine du l' pèlin.ne, s' la fin d' avri û cumècemint d' maîye, i gn-è v'not co bin pas dès côps ène frède bîje. Quand i bîjot insi, on n' aurot pus seû pèler. Lu cé qu'aurot volu travayer du toutes fwâces, i lèyot dès p'tites nokètes du scwâces après l' blanc bwès. On d'jot qu' lès-aubes avint dès peûs, paç'quu cès p'tites nokètes-là astint à pô près come dès peûs. In côp qu' l'aîr astot pou s' mète ou Midi, là, adon on plot z-î aler frantchemint. On r'wêtot lès stwâyes la nutîye du d'vant. Si èles suclatichint d'ène façon qu' lès vîyes djins counichint bin, c'èst qu'il alot fer oradjeûs l' lond'mwin. Ç'astot du bon timps pou pèler. Adon on s' rawâyot à quatre eûres au matin, maniére d'ataquer avu l' solê aus-aîreûs du djoû. La fame aprètot quéques faguêyes èt in bidon d' nwâr cafè - c'astot souvint du tène, sés, si tène qu' il aurot seûlemint sté in quart du poy pus tène, il aurot yu trawé -, on tchonkot tout ça dins la cârnassiére, èt pîs hay dès guètes pou cu d' l'èglîje, pou pasê du curé, a r'montant l' Flachi èt a passant oûte du l' Falwâche, jusqu'ou Martcha. In côp arivé à l' paurt, on tapot la malète djus, à l' cwète padrî la pate d'èn-aube èt on rèchot l' pèloû fû du l' potche.

- Pou qwè fer, in pèloû ?

- Ây maîs çu n'astot nin in pèloû come pou pèler aus canadas û splitcher aus r'cines, sés'. Ratind in pô, dju m'è vas t'è moustrer yink…»

Lu non.nonke droûve l'uch du mènadjî, runanche in moumint dins tous lès tchinis' qui sont dusbrôlés là, cu d'zeûs cu d'zous. Pis i r'clôt l'uch èt droûve yink dès ridants du d'zous. Laddé, c'èst co toudi l' min.me tâblau. Ène troûye ni r'troûverot nin sès djon.nes !

- Pourtant, c'èst bin l' diâle si dju n' l'auros nin muchié avaurci, qu'i grougne dins li-min.me.

I grèvisse co in moumint dins s' cafarna.om', pîs i s' ranêre.

- Dju m' vas wêter du tu l' rutrovu pou d'mwin, di-st-i, ca i m' san.ne qu'il èst grand timps d'aler coûtcher, là, mi.»