Pådje:Théophile Bovy - Li grandiveuse, 1899.djvu/95

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cisse pådje ci a stî coridjeye ey est l’ minme ki l’ sicanaedje.
— 95 —

Kimint frez-v’s don qwand i v’s fârê noumer mame, li belle Tonton ! Des baix parints ma foê ! Vos v’s avîz n’gotte rilêvé tot-z-apprindant on mestî qui v’s mettéve on rang pus haut qu’ les p’tits ovrîs, c’esteut dêjà d’trope parê, i v’s fât rabahî, vos estez dêjà trop haut à vosse manîre, et po v’s accrapuler vos n’avez trové rin d’mîx qu’ dê chûsi po hanter : mademoiselle Mêlie Garnier ! — Allez don, ji n’ vis rik’nohe pus po m’fi, ci n’est sûr nin m’ sonke qui court divins vos vônnes, vos ravisez surmint vosse pére, ka vos n’avez rin d’ mi, rin dê monde et vos sêrez l’ mâlheûr di m’ vikâreie !

PORAI (à pârt)

Waïe, aïe aïe… Saiwans-nos êvôie, i va ploure so nos autes.

(i sorte sins esse vèïou)
SCÊNE IV
EMILE — DADITTE
(On moumint di pâhulisté)
EMILE (allant à s’mame)

Mame !

DADITTE (plorant quâsi)

Lèyîz-m’ pâhule, allez, vos n’avez d’keûr di vosse mame !

EMILE

Oh ! vos n’ fez nin bin dê dire çoulà. — Jan don mame… raisonnans n’gotte essonle, tênez, — volez-v’s bin ?

DADITTE

Awê vos m’allez prover qu’ j’a toért et qu’ c’est vos qu’a raison êdon ?