Pådje:Théophile Bovy - Li grandiveuse, 1899.djvu/94

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cisse pådje ci a stî coridjeye ey est l’ minme ki l’ sicanaedje.
— 94 —

DADITTE

Tot soriant, ji v’s waitîve dai, dè l’kwenne di l’ouye…

EMILE

Tot soriant, awè, mins d’ine air di pitié qui m’a fait bin de mâ. — Que c’est dommage mossieu, je le regrette, mais cette danse est donnée… — Ji fa n’ foèce po lî dire : Et la suivante, mademoiselle ? — Donnée aussi, monsieur, vous venez un peu tard… Pus roge qu’écarlate ji m’risècha, mins j’âreus avu d’né gros po n’ mâie lî avu pârlé !

DADITTE

Elle ni v’s aveut nin surmint dit qui totes ses danses estît d’nnêyes èdon ?

EMILE

Pasqui ji n’a pus d’mandé nolle !

DADITTE

Vos n’vis avez pus r’présinté non pus !

EMILE

Vos vôrîz qui j’ m’avahe co r’présinté parè vos mame ! Bin vos n’estez waire fire savez vos què l’ vout esse tant !

DADITTE

Après çou qu’madame Forgeûr m’a dit j’a mes raisons po creûre qui vos v’trompez.

EMILE

A réze, mame, ji n’ainme nin mam’zelle Hortense, ji nè l’ sâreus-st-ainmer et… qui voléve qui ji lî deie ?…

DADITTE

Awê nos l’savans bin, c’est mam’zelle Gârnir êdon qui v’s fât ! Ine belle piéce ma foê qui vos ainmez-là ! —