Pådje:Théophile Bovy - Li grandiveuse, 1899.djvu/81

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cisse pådje ci a stî coridjeye ey est l’ minme ki l’ sicanaedje.
— 81 —

EMILE

Nos dans’rans nos deux, êdon mame !

DADITTE

Awê, awè, c’est bon por vos, çoulà.

GARNIR

I n’fât nin s’fer pus vîx qu’on est, Daditte ; houtez m’conseie, on d’vint assez vite vîx sins çoulà vos m’polez creûre. Et l’veie est si coûte, qui c’est l’pus joïeus’mint qu’i fât l’passer, tot s’fant l’mons d’mâ d’tiesse possibe.

DADITTE

Ah ! mins vos !

GARNIR (li verre ès l’main)

Mi, ji sos todis joyeux, c’est vraie, pasqui comme dit l’chanson : li jôie c’est çou qui nos fait viquer vîx !

CHANT

Po bin viquer chal so cisse têrre
I n’si fât mâie fer dè tourmint
Ça todis stu pèchî dè hére
Et c’est po çoulà qu’ji n’hés rin ;
J’ainme mi camarâde comme mi minme
Ji lais tourner l’monde comme i va
Âx autes i n’fât nin prinde astinme
Ji n’a d’attintion qu’po ci-là (i mosteûre si verre)