Pådje:Théophile Bovy - Li grandiveuse, 1899.djvu/80

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cisse pådje ci a stî coridjeye ey est l’ minme ki l’ sicanaedje.
— 80 —

DADITTE

Bin awê, jan, po v’s fer plaisir.

(Emile mette des verres et d’bouche li boteie)
GARNIR

Oho, ji vins co dê nn’apprinde ine aute ! Savez-v’s bin Daditte qui vos estez-st-ine souwêye, vos !

DADITTE

Vos l’dihez.

GARNIR

Kimint ! Vos allez hoûie â concert êmon Ruth, et vos n’dihez rin à bibi !

DADITTE

Qu’est-ce qui çoulà v’s pout fer, à vos ?

GARNIR

Çou qu’çoulà m’pout fer ? C’est qu’j’y va ossi, et j’ai l’honneur, belle dame dê vous engager pour toute la sîse…

(Porai vout vûdî d’vins les verres mins comme i vude tot avâ l’tapis, Emile li r’prind l’boteie et implihe les verres.)
DADITTE

Vos estez sûr qu’awè !

GARNIR

Nos dans’rans-st-on kwârré essonle todis !

DADITTE

Ji n’danse nin, ji sos trop veie.

GARNIR

Nos dans’rans houïe on kwârré essonle ; allons, à vosse santé. (is buvet) Ji sos hoûie tot à l’jôie et à l’nute nos dans’rans.