Pådje:Théophile Bovy - Li grandiveuse, 1899.djvu/61

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cisse pådje ci a stî coridjeye ey est l’ minme ki l’ sicanaedje.
— 61 —

TONTON (simplêmint)

Çou qui m’sonle avu vêïou, mon Diu, rin qu’çoulà ! Et ma foi, ces êfants-là s’kinohet dispôie todis, is n’ont mâie lèyî di s’hâbiter… et çou qu’arrive divéve arriver sorlon mi ; ka ces affaires-là, vèyez-v’s, por mi, c’est scrî d’avance, c’est-st-ine destinèye comme on dit.

DADITTE (abatowe)

Ji sos tote bouheie ju ! C’est po rire surmint.

TONTON

Oh ! nenni c’n’est nin po rire. Emile, ni jâse-t-i mâie di Mèlie, chal ?

DADITTE

Co jamais, â grand jamais.

TONTON

Oh ! bin ci n’est nin pareie ès l’mohonne, et ji veus bin qu’Mêlie glette êdon mi, qwand on vint à pârler d’Emile.

DADITTE

Vosse feie a mutwoi des îdeies qui m’fi est lon d’avu.

TONTON

Vos pinsez bin Daditte, qu’ine bâcelle n’a qu’ les îdeies qu’on lî mette ês l’tiesse. 

DADITTE

Oh ! sia sia, çoulà s’a co vèïou, les jônès feies asteûr, qwand on les y a jâser n’feie ou deux pinset à l’ vol qu’on les vôie marier, dai zelles.

TONTON

I n’s’agihe nin chal d’ ine feie ou deux èdon.