Pådje:Théophile Bovy - Li grandiveuse, 1899.djvu/60

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cisse pådje ci a stî coridjeye ey est l’ minme ki l’ sicanaedje.
— 60 —

TONTON

Jê l’pinse bin parè mi, et ji v’veus co nn’aller à l’nuteie, vos deux so l’Ile di Commerce — qui n’esteut nin adon çou qu’elle est hoûie, vos v’s rappellez bin, c’esteut on désert, on n’y vèyéve qui les chins et les hanteus… Vos n’l’avez nin rouvî surmint

DADITTE

Quâsî, allez, quâsî.

TONTON

Mi nin parè… Et vos non plus â réze, c’est qu’vos nè l’volez nin dire. On n’a qu’ine jônesse et tot l’monde s’è sovint tot l’timps di s’veie, on n’a qu’ces bellès annêyes-là à passer so l’térre.

DADITTE

Ça fait qu’vosse feie hantreut co bin, pinsez-v’s ?

TONTON

Houtez, ji m’aveus portant promettou di n’nin v’s è nn’è jâser, mins pusqu’i nos estans so c’question-là, i fât bin ; â réze i n’est nin mâva qui vos sèyîze prév’nowe, çoulà v’s rigarde ossi bin qu’mi…

DADITTE

Qui volez-v’s dire… ji n’vis comprinds pus…

TONTON

Ji voux dire qui dispôie quéqu’timps, ji m’a-st-aperçû qui voste Emile tourniquêye âtou d’Mêlie… et ji creus qu’is s’vêïet voltîs !

DADITTE (èwarêye)

Qui raccontez-v’s !