Pådje:Théophile Bovy - Li grandiveuse, 1899.djvu/56

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cisse pådje ci a stî coridjeye ey est l’ minme ki l’ sicanaedje.
— 56 —

DADITTE (tote fire)

Sia, nos avans fait l’vôie essonle, c’est leie qu’a v’nou m’arainî à l’sôrtîse.

TONTON

C’est bin n’binamaie feumme… et sins nolle grandeûr là, êdon ? Elle si mosteure ossi bin aveu l’feumme d’ine ovrî qu’avou des riches !

DADITTE (si rècrestant)

Oh ! ci n’sêreut nin co avou tot l’minme quî qu’elle rottreut savez !

TONTON

Oh ! nenni, çoula jê l’sés bin… Vos n’estez nin tot l’minme quî non plus dai vos, Daditte, si on n’est qu’des ovrîs, dê mons on-z-a d’l’honneûr et personne n’est à k’tapper… Mins avou vos, ji creus qu’elle est bin familiére êdon pa ? 

DADITTE

Elle sét avou quî êdon ; tot çou qu’elle mi raconte, madame Forgeûr set bin qui çoula tomme à l’térre, et n’pout mâ d’aller pus long. 

TONTON

Assuré qui ci n’est nin vos qui va-st-aller caqu’ter so les soûs… çoula, tot l’monde vis rind cisse-t-honneûr-là, et Piérre mê l’dit bin sovint…

DADITTE

Vos minez houïe vosse feie êmon Ruth, ainsi ?

TONTON

Awê, i fât bin, êdon, elle est jône, elle ni va mâie nôlle pâ… mins i fât qu’vos voléze bin m’pruster vosse châle, ka l’meune est tél’mint div’nou… vos comprindez…