Pådje:Théophile Bovy - Li grandiveuse, 1899.djvu/55

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cisse pådje ci a stî coridjeye ey est l’ minme ki l’ sicanaedje.
— 55 —

TONTON

Bin c’est sovint ainsi, louquîz, les hommes qui sont trop bons. Qwand c’est qu’is s’mâv’let, is sont cint feies pé qu’les autes !

DADITTE (cangeant d’ton)

Et di qwoi est-ce qui v’s amône don ?

TONTON (même jeu)

Oho, vormint jê l’rouvîve, et ji v’tins mutwoi chal so cou…

DADITTE

Nenni savez… c’est bon qu’j’a l’dîner à-z-appontî…

TONTON

Ji n’dimeurrè nin pus longtimps… J’esteus v’nowe po v’s dimander on p’tit chervice…

DADITTE

On chervice, di qwoi est-ce ?

TONTON

Ni mê l’rêfus’rez-v’s nin… ji sos quâsî gênèye…

DADITTE

Dimandez, mon Diu, dimandez !

TONTON

Mi feie mi fait tourmetter po qu’ji l’êmônne houïe â concert êmon Ruth, et m’châle Indou est div’nou n’gotte vîx êdon dispôie mi mariêge ; ji v’néve vêï si quéquefeie vos n’mi vôrîz nin pruster l’vosse po l’sîse ; ji sés qu’vos nê l’mettez pus… À propôs, ji v’s a vêïou toratte avou vosse noûve visite ; elle vis va bin savez, vos estez co comme ine jône qwand c’est qu’on v’s louque passer… N’esteut-ce nin avou madame Forgeûr qui vos riv’nîz d’messe ?