Pådje:Théophile Bovy - Li grandiveuse, 1899.djvu/34

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cisse pådje ci a stî coridjeye ey est l’ minme ki l’ sicanaedje.
— 33 —

EMILE

Oh ! Mèlie, vos n’m’aimez nin tant qu’mi !

MÈLIE

Emile !

EMILE

Oh ! ji v’s a fait dè l’pônne !

(on ètind dè brut)
MÈLIE

Vochal ine saquî. Mesfyîz-v’s !


SCÊNE IX
EMILE — MÈLIE — DADITTE
DADITTE (mâle à Mêlie)

Tins, ji n’vis aveus nin ètindou ; po qwoi est-ce don ?

MÈLIE

C’est des gravèges po Mossieu Porai, madame. J’a d’nné l’bon à vosse fi.

DADITTE

N’a-t-i dè timps qu’vos estez chal ?

MÈLIE

Nenni, madame.

EMILE

Volà l’bon, mame.

DADITTE (viv’mint)

C’est bon, mettez-l’ so l’banc.

MÊLIE (annoïeuse)

Vos ârez li restant londi à l’nute ou mârdi â matin, savez madame.