Pådje:Théophile Bovy - Li grandiveuse, 1899.djvu/33

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cisse pådje ci a stî coridjeye ey est l’ minme ki l’ sicanaedje.
— 32 —

EMILE

Mins poqwoi ?

MÈLIE

Po çoulà.

EMILE

C’est çou qu’vos m’respondez todis, mins ci n’est nolle raison… Poqwoi, jan, d’hez-m’ poqwoi qu’vos n’volez nin ?

MÊLIE

Vosse pére consintirê, Emile, mins vosse mame ji sés d’avance qu’elle rêfus’rè ! Qwande feie n’a-t-elle nin dit d’vant mi-même, à l’fontaine, qui s’fi c’esteut on bai pârti, ossi qui c’esteut n’feumme d’ârgint qu’elle lî kwîrreut. Mi coûr sonnéve tot l’oïant jâser ainsi, ka vos savez bin qu’ji v’s aime, mi ossi ; dispôie li diêraine fiesse à Chênêye vos k’nohez mes sintumints.

EMILE

I v’s les a fallou râyî foû dê l’boque, si j’m’ê rappelle.

MÊLIE

Et ji m’ripinds co houïe di v’s les aveûr dit, ka ji comprinds tos les joûs mîx qui nos n’polans mâie esse onk à l’aute.

EMILE

Et mi, ji v’s jeûre qui vos sêrez m’feumme, qwand même ji d’vreus qwitter mes parints.

MÊLIE

Emile, ni jâsez nin ainsi ; pasqui mi, ji deus v’s dire qui ji n’inturrê jamâie par foice ès vosse famille.