Pådje:Théophile Bovy - Li grandiveuse, 1899.djvu/14

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cisse pådje ci a stî acertinêye pa deus contribouweus.
— 13 —

GARNIR (so l’même ton)

Et mi, qu’a-j’ ju d’keûr di vos, don mi ! (si rapav’tant) Jan, ci nin nin tot çoulà : wisse esse-t-elle nosse plate ?

DADITTE (di mâle houmeur)

Vollà so l’gîvâ.

GARNIR (à Porai)

Vèyez-v’s, Lambert, quélle mèchanc’té ; vosse feumme qui mette li gotte so l’gîvâ po qui l’pèket s’eschâffe. Et vos m’vinrîz dire qui les feummes ont-st-ine saqwoi d’bon d’vins zelles parè. Tênez, (riant) ci n’est nin po rire qui jè l’dis : ji vôreus qu’on pindasse li dièraine feumme ès li ch’minêye et qu’ci sèreut mi qu’sêreut chergî dè l’pinde… Allez, ji v’s responds qu’on n’veureut mâie pus nolle. — Jan Daditte, dinnez-nos deux verres,

DADITTE

Louquîz so l’poïre dè l’fignesse, i deut nn’aveur onk.

PORAI (à Garnir)

Awè, tins, vochal onk.

GARNIR (prindant l’verre)

On boquet. C’est todis bon va.

(chantant) Quand on n’a pas ce que l’on aime
Il faut aimer ce que l’on a.

C’est po çoulà qui j’veus voltîs Tonton. Allons Lambert, on p’tit chiquet valet.

PORAI

Aprês vos, buvez todis.