Pådje:Théophile Bovy - Li grandiveuse, 1899.djvu/13

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cisse pådje ci a stî acertinêye pa deus contribouweus.
— 12 —

SCÊNE III
PORAI — GARNIR — DADITTE
PORAI

On l’dit tot costé todis.

GARNIR

On l’pout bin dire ossi, li colèbîre di m’cusin c’est sûr li mèïeuse qu’i n’âie di lâge et d’lon !

DADITTE (à pârt)

Waïe, vos l’chal vinou so ses colons asteûr ! Sûr qu’i n’est nin co èvôie !

GARNIR

Savez-v’s bin qui Jôseph a dèjà vindou ine cope d’oûs, des oûs savez, quarante et cinquante francs !

PORAI

Oho !

GARNIR

C’est-st-onk qui wangne des censes, valet, avou ses colons, ci-là ! — Tins ! Daditte est rintrêye ! Et vos n’dihez rin, vos Daditte ?

DADITTE (ristindant)

Ji n’sos nin si p’tite surmint qui po nn’nin s’aparçûre di mi qwand ji sos chal ! Il est vraie qui qwand vos jâsez d’colons, vos n’oyez pus rin et vos n’vèyez pus personne !

GARNIR

Allez-v’s mi quareller so mes colons asteûr ?

DADITTE (viv’mint)

Qu’a-j’ ju d’keûr di vos colons don mi !