Pådje:Théophile Bovy - Li grandiveuse, 1899.djvu/105

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cisse pådje ci a stî coridjeye ey est l’ minme ki l’ sicanaedje.
— 105 —

DADITTE

Vos m’fez louquî tote lâge !

GARNIR

Louquîz d’vins on traiteu, vos veurez lâge et streut ! Oh ! on va â bal c’est po fer des k’nohances èdon. Mins ces-chal parait-i, c’esteut ine affaire arringeie d’avance. Li galant saveut dê rescontrer l’crapaute et cisse-chal pareie. Mins d’après çou qu’on-z-a dit à Tonton, is d’vît avu l’air tos les deux d’esse èwarés di s’ vèï, pasqui lu n’est nin di d’vès tot chal vèyez-v’s.

(so l’timps qui Gârnir jâse, Emile par geste rappelle à s’ mame çou qu’il aveut dit.)

PORAI

Les casmoussèches qu’on fait houïe po marier les bâbelles. Di m’ timps c’esteut bin pas vite fait.

GARNIR

On d’héve des qué novelle à l’ crapaute qu’on ainméve, elle vis respondéve awè ou nenni, et l’affaire esteut ès sèche. Â prétimps on s’ mariéve !

PORAI

Mi ji m’a marié ès meus d’ décimbe.

(Daditte passe à dreute avou Emile)
GARNIR

Pasqui vos prindîz Daditte po v’s rischâffer vos pîds vos !

PORAI

Sia, ji m’a marié ès meus d’ décimbe savez.