Pådje:Théophile Bovy - Li grandiveuse, 1899.djvu/104

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cisse pådje ci a stî coridjeye ey est l’ minme ki l’ sicanaedje.
— 104 —

GARNIR

Oho, à propos des Forgeûr, savez-v’ quî c’esteut ci grand-là qu’a dansé hîr quâsî tot l’tîmps avou mam’zelle Hortense ?

DADITTE

Oh nenni, ji nê l’kinohe.

GARNIR

Vos savez bin quî qu’ji voux dire êdon ?

DADITTE

Awê, awê, on grand blond sêchant so l’rossai.

GARNIR

Justumint. Bin c’est ine indgénieûr, qu’est reut sot d’mam’zelle et i parette minme qui les parints d’vet s’ rinde visite… enfin c’est quâsî ine affaire arringêye…

DADITTE (tote amakêye)

Qui d’hez-v’ ?

GARNIR

C’est l’ chervante quê l’ racontéve tot asteûr à Tonton à l’ fontaine. 

PORAI

Oho !

DADITTE

C’est po rire surmint !

GARNIR

Poqwoê sêreut-ce po rire don ! À réze li feie Forgeûr divint d’age à s’ marier savez. Ji sos minme êwaré qu’elle âie rattindou jisqu’asteûr… Ine bâcelle qu’ârê tot plein des meies… Jê l’ dihéve tot asteûr à Tonton, elle a surmint on dêfaut, ka wisse qu’i n’y a des lîves, i n’y a sovint des chesseus.