Pådje:Antoine Bouhon - Les deux maisses d’armes, 1896.djvu/20

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cisse pådje ci a stî acertinêye pa deus contribouweus.
— 20 —

m’dire qui l’est riv’nou. Noé areus-ti raison elle a l’air tote fou d’leie.

CATHRÈNE

J’allev’ rouvi di v’s dire qui Joseph va riv’ni po v’s jâsez papa.

MATHI tot s’lèvant

C’est bon qui vinse, mins ? si ravisse si mônonck i pou d’mani la… Cathrène vos m’irez qwèri n’alenne chal jondant et v’direz tot d’on côp a l’servante qu’elle vinse prinde mèsure po ses bod’kennes prindez tot don côp l’boteie, comme çoula vos n’frez qu’in vôië.

CATHRÈNE prind l’boteie

Ess’ tot çou qui v’s fâ papa.

MATHI

Awèt c’est tot… N’estez-ve nin co èvôië.

CATHRÈNE

Vola j’enn’ès va (elle sorte po l’fond).


SCINNE VII
MATHI

Ja m’tiesse qui broule comme on feu… Ji sins l’sonck qui m’monte â cervai j’in m’attindév nin sur a çoula, portant Noé est pus foërt qui mi, mins ! jè l’râraît bin pas târd i fâ qui ji seuie si maisse, sins quoè les autes sèriz capâble dè rire di mi ! qu’a todis s’tu li prumi d’tot z’el… (i tint s’tiesse) c’est po l’pus sure li côp d’hov’lette qu’est câse qui j’a m’tiesse qui broûle ainsi. Qwand ji pinse â flamint ji mi sins pus d’colère aussu qwand jè l’tairais i sârait po qu’bin. (On bouhe a l’poète) qui sèreus qui vint… intrez.