Pådje:Antoine Bouhon - Les deux maisses d’armes, 1896.djvu/19

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cisse pådje ci a stî acertinêye pa deus contribouweus.
— 19 —

CATHRÈNE

Awèt Joseph (Joseph et Colas sortait). Pauve Joseph, a pônne riv’nou l’vola d’vint l’imbara et m’papa deut-ess tot a fait d’mâlhoumeur. Falév-ti qu’ine affaire ainsi arrivah on jou comme houïe, c’est vraie qui j’a s’tu sègneie â matin, chaque feie qui ji veus des pourçais tot doviant l’poëtte ji sos sur d’avu des côps grognons avâ l’mohonne. (tot houtant) Vochal mi papa fant tos douc’mint.


SCINNE VI
MATHI ET CATHRÈNE
MATHI, inteure po l’gauche et va s’assire a s’tâve

(a pârt) I m’a dit qui j’aveus minti, a mi ! On vix camarâde : ji nel pou rouvi.

CATHRÈNE

Papa.

MATHI

Et-bin qui n’a-ti co n’feie ?

CATHRÈNE

(A pârt) Fant tot douc’mint. (haut) Vos n’savez nin çou qui n’a d’novai ?

MATHI

Qu’a-ti d’novai ?

CATHRÈNE

I n’a Joseph qui vint dè v’ni et…

MATHI

Et quoë

CATHRÈNE

I v’fait bin des complimints, i l’a fini s’terme â l’ârmeie.

MATHI

Tant mieu por lu (a pârt) comme elle est vite prête po