On prumî chive-d’ouve

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
[ 67 ]
On prumî chive-d’ouve.

S’ ji n’dis nin l’ vraie, qui l’ bon Diu m’el pardonne ;
Mais j’el raconte comme on m’ l’a raconté :
On ptit valet âddivant di s’ mohonne,
Aveut dressî conte li meur ine âté.

Tot s’y trovéve ègré, balusse, haute tâve,
Crucefi, chandlé, tâbernak è mitan.
Li mére bin vite ranairceie li vinâve
Tot dhant v’nez veie ine ovrège di mi’ èfant.
 
C’esteut vormint on manifique ovrège
Qu’esteut fait là, seulmint astheure i fâ
V’dire qui l’ valet aveut fait s’prustihège,
L’advin’rîz ve mâie ? Avou dè stron di chvâ.

Tot l’woisinège esteut todi fou z’ouve,
Qwand justumint volà qu’ passe li curé.
On li mosteur l’âté, qu’ess t’on chive d’ouve,
Et comme les aute i s’ mette à l’admirer.
 

[ 68 ]

A ptit sculteu i dit : — Vos frez vosse vôë,
Vos promettez et vos frez tofer mî,
Qwand v’s arrivrez, ci sèret por mi n’ jôë
A v’ préhi haut j’àret stu des prumî.
 
Seulmint, diss-ti, pos achèver l’affaire,
V’s’ ârîz bin fait d’ajuster d’vant l’âté,
Comme po dire messe on priesse, on vicaire,
Ou tot d’on côp y mette on gros curé.

Il euh fallou li prête divant l’ haute tâve,
V’ n’avez fait nouk ; poquoi ? Respondez don.
— C’est, dit l’èfant, si mostrant amistâve,
Pace qui… pace qui… ji n’aveu pus dè stron.