Lu warabê/IV

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Emojione 270F.svg Ciste ouve ci egzistêye eto divins ds ôtès ortografeyes : Rifondou walon.

Coûrs su les warabês

3. Les signes du l’ maladîye

On è dja causé des signes pou r’counuche la meure mouche (les vatches qui bizèt). Pou r’counuche les warabês, i gn è rin d’ pus aujî. C’est des p’tites noquètes, come des p’tits boursês, du yink a deus centimètes, qui glisèt d’zous la pê, et qu’on trouve uniquemint su l’ hoûssê du dos, du d’zeû du l’ supale jusqu’ou quawî. A bin rwêtant la pê, on trouve in p’tit tron qui pu nn’ aler jusqu’a in milimète. C’est par la quu l’ warabê respire. Les pus grosses des ploques, avu in grand tron, i gn-è des cés qui poûssèt d’sus pou fére tchitcher l’ warabê fû. I faut bin wêter a li a ça. Ca, si al place du l’ fére tchitcher fû, vous vêrîz a lu spotcher d’dins, la vatche atraprot èn abcès qui pu aler jusqu’a l’ grocheur d’in balon d’ fotbal, et pu min.me z-è moru.

warabês

Lu warabê li-minme, c’est-st ène grosse ouline du trwâs centimètes du long avu nûf boquets. Ele est blantche, mais i gn-è come des nwârs corsèts su tchèque boquèt. Su l’ dêrin des boquèts, on wèt deux p’tits nwârs ponts. C’est ç’ qu’astot en face du tron du l’ pê pa û qu l’ warabê respirot. Ça s’ loume les stigmates.

Çu qu’on pu vèye ossi, c’est des p’tits abcès a l’ place û ç’ qu’i gn-avot des warabês, qui plèt dèrér longtimps après qu’ les fourmougnants oyinche sortu.

warabês divins et foû