Les vîyès môdes, li djoû do Noyé

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Emojione 270F.svg Ciste ouve ci egzistêye eto divins ds ôtès ortografeyes : Rifondou walon.
Les vîyès môdes, li djoû do Noyé
Li Ban Cloke,  16, li
[ 67 ]
Les vîyès môdes, li djoû do Noyé

Gn-a aviès cinquante ans, dins nosse bininmé payis, les djoûs d’ fièsse estinn’t co des djoûs d’ fièsse.

Quî-ce qui va cor asteûre al mèsse di méye-nait, li djoû do Noyé ?

Mais divant l’ Noyé, nos avans co l’ mèsse d’ôr. Vos savoz come mi qui ça nos rapèle li djoû qui les Rwès Maudjes sont paurtis à Bethléem po vôy nosse Sègneûr. C’est l’ messe des cis qu’èvont au lon.

Des vîyès feumes vos dîront qu’al mèsse d’ôr li curé n’ si r’toûne nin do costé des djins à l’« orate, fratres ! » et qu’i bache des ouys chaque côp qu’i dwèt dîre : « Dominus vobiscum ». I parait qui l’ préte, ci djoû-la, « vwèt l’ sôrcîre », et qu’ c’est po n’ pus l’ wêtî qu’i bache les ouys insi.

Do costé d’ Fosses et d’ Biesmes, on s’ rachone dins les cabarets li nait do Noyé. On z-arindje des tauveléyes di yût djouweûs d’ couyon po djouwer one cloyète, one trèyisse, one pitite clôye, enfin, avou yût cougnous d’sus. Li prumî est fwârt gros, li deûzinme one miète mwins, et l’ dêrin est tot p’tit. Li prumî gangnant atrape li pus grand, et todi insi jusqu’au dêrin.

A Rochefôrt, on fièstréye divant tot li Sint Stiène (li lèddimwin d’ Noyé). Les djonnès djins qu’ont dansé dins l’anéye, vègnenut pèleter adlé leû comére po z-awè des neûjes et des gâyes.

A Sény (Condroz Lîdjeû), on done des gâyes et des amandes dins les cabarets, et on s’ dimande a l’on l’aute : « As-se vinou qwèri tes neûs ? » Mais l’ djoû do Noyé, on n’ mougne pont d’ pomes, à Sény. « Li ci qui magne des pomes li djoû do Noyé est sûr d’avou des claus dins l’anéye » (a Nameur, on dit : des bwagnes claus).

Dins l’ fond des Ardènes, al Sînt Stiène, les djonnès djins intèrenut dins les maujones des djonnès fèyes, et is î tapenut des côps d’ baguète, « po z-awè des neûjes et des gâyes. »

Al Novèl-An, à Yu, les èfants mougnenut co voltî des oublîyes ou ostîyes. Is arivenut divant les uches, è ddjant : « Dji vos sowaite one bone anéye ; sitrimez-m’, alez, Madame ! ».

F. Danhaive.