Les Chacheûs

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Emojione 270F.svg Ciste ouve ci egzistêye eto divins ds ôtès ortografeyes : Feller-LéonardRifondou.
Les Chacheûs
Li Ban-cloke  1, 1910

Les Chacheûs

Nos vîs ratayons ont todis stî r'conus come des grands bèveûs d'bîre. A Nameur, saquans tonias d'bone dobe, bin r'pwazéye dins l'cauve d'on cabartî, c'esteûve por li des bias liârds didins l'ridan di s'candj'lète; surtout, quand il esteûve li popa d'one bèle roslante bauchèle comme li cène da Flipe Gotia.

Volà co d' pus d'cint ans, cit-ci vikeûve avou s'fèye Téche dé l'pwate di Grognon, à mwin gauche èn d'tchindant pa l'martchi Saint-Hilaire. Is t'ninnt cabaret et botique è minme timps: Flupe sierveûve à bwâre do timps qui s'djonne comére pèseûve les canadas, li suc di pot èt l'sirop'.

Li maujone esteûve fwârt pitite : li tauve aux boubounes, les crabots aux sukes èt aux dinréyes, les banses di djotes èt d'canadas estinnt dins l'minme place qui l'candj'lète; et come Thèrése esteûve agostante èt fwârt djintîye, gn'aveûve ostaut d'pratiques qui v'ninnt po l'bone bwèsson da Flupe qui po les tinres ouyes di s'fèye. Citèle-cil esteûve courtiséye pa vrémint tos les djonnes homes di Nameur èt pa les fis d'batlîs qui taurdjinnt è Grognon. Téche si fieûve amitieûse avou tortos - èt c'est co l'mèyeu po les fèyes di cabârtî.- Portant: sakans vîs habituwés d'al Grande Potéye racontinnt qu'èle causeûve avou Giraud Tinozet, li fi do monnî dal Batte. Les djonnes si fiinnt ètinde ètur zèls qui faleûve si d'mèfiyî di Djan Gaumon qui, djinnt-is, stronneûve li pouye sins l'fé criyî. Come is estinnt djalous, is plinnt quén' fîye awè mia vèyu les clignètes qui les deûs djonnès djins si fiinnt è catchète.

Les vîs et les djonnes n'avinnt nin twârt si vos vloz, mins… is n'avinnt nin raujon non pus : Téche ni saveûve li quéque tchwèsi. Po plaire à s'papa, i li aureûve falu prinde li fi Tinozet pasqu'il esteûve tot seû avou s'pére èt qu'il hèritreûve di tos ses caurs èt do Molin dal Batte qui moleûve po causu tot Nameur. Mais l'djonne fèye aveùve dji n 'sais quéne idéye qui lî fieûve distourner l'tiesse quand Giraud li r'wéteûve. Li fi do monni lî choneûve deur et mèchant. C'est qu'èle ainmeûve mia li p'tite moustache blonde et les bleuwes oûys da Djan. Li, on n'lî conicheûve co pon d'mayon èt des mwéchès linwes è comptinnt co d'pus d'one diméye dozinne po Tinozet.

On djoû, Flupe, si fèye et Giraud estinnt atauvlés zèls-trwès èt l'fi do monnî payeûve potias sus potias. Volà qui gn'a pupon d'bîre èt nos' papa distchint è l'cauve po z'aforer on tonia. Li djonne home profite do bon momint èt bon-z'èt-rwè, i d'mande à Téche po qu'èle seûche si feume.

- Dimandoz'l' à m'papa, respont-èle.

Li papa r'monte.

- Dimandoz'l' à lèye-minme. Nosse djonne fèye èstuûve dins l'èbaras. Èle aureûve bin v'lu dîrz non èt èle ni waseûve. Justumint, volà one comére qu'intère po des comicions. Li bauchèle court vite li siervu, cause, cause, rintère è l'coujène, sins rin fé vôye èt Giraud est bin oblidjî d'ènn-aler sins rèsponse.

A l'vespréye, Djan qui riv'neûve di st'ovradje, aveûve ètindu causer del dimande da Tinozet. I n'fait ni one ni deûs, i coûrt è mon l’pére Gotia, i print s’coradje à deûs mwins èt profite qui gn'a pon d'pratique po fé si d'mande. Flupe li rèvôye come Giraud, à s'fèye. Tot tronnant, i mousse è l'coujène : li bauchèle fieûve à soper.

- Tèche, dist-i, dji n'a qui mes deûs brès po gangnî m'vîye. Dji vos vwès voltî;… v'loz yèsse mi feume? Dj'a bramint do coradje po travayî èt si vos m'v'loz bin, dj'è nn'aurè co dîs côps d'pus… Dijoz… Vos n'respondo nin… ?

Li djonne comére ni saveûve cwè dîre. Si papa v'leûve bin qu'èle ni prinde nin Gèraud, mins i n'vô reûve nin non pus z'awè po bia fi on fayé ovrî. Èle aveûve les lârmes aux oûys.

- Djan, dist-èle, dji… atindoz cor one miète.

Et ossi vite, èle monte là-haut po braire à st'auje. Comint sortireûve-t-èle di c'pas-là? comint contintreûve-t-èle si papa èt rapaujreûve-t-èle si coûr è minme timps ?

Dispeûye ci djoû-la èle respondeûve à mitan les pratiques; èle ni causeûve pus; èle pinseûve… èle pinseûve…

On sèm'di à l'nait, à l'Grande Potéye, Zante li tchfoli, aspouyî sus l'candj'lète, tapeûve one divise avou Flupe.

- Eh! sais-se bin l'novèle, Flupe?

- Non… , siya, c'est d'abôrd li dicause.

- Oh! ça n'nos r'wéte pus, eh, nos estans trop vîs.

- Mins, c'n'est nin po ça qui dj 'cause, fô m'vé, lî respond l'Flupe è riyant, c'est po les skèlins qui dj 'va gangnî.

- Oh! Flupe, dji freûve co bin mes pas, sais-se po ça. Mais choute : avou l'novèle qui dj't'apwate, ti gangn'rè bin pus d'caurs qu'à l’dicause. Choute-bin… li samwinne qui vint gn-a Napolèyon qui vint à Nameur. Et l’pus bia d'tot, c'est qu'on va li r'çure come on z'a r'çu l'archiduc Maximilien… On va chachî…

- Quéne chance, quéne chance ; wéte Zante, quand dji divreûve co sèrer l'botique, dj'irè vôye chachî. Là si longtimps qu'on n'la pus vèyu èt c’sèrè co quén'fîye li dérin côp.

È l'ètindant, Téche s'a rapèlé qui s'papa aveûve sitî on chacheû aradji, qui Djan esteûve chacheû, qui l'ôte esteûve chacheû ossi. Tote si p'tite tiesse a sti r'mouwéye. Ele aveûve si idéye.

Viès dîj heûres, i n'dimèreuve pus è mon Flupe qui Djan èt Giraud. C'esteûve tos les djoûs l'minme : is n'vlinnt nin nn'aler onke po l'ôte; i faleûve causu les tchèssî.

Mins c'djoû-là, quand Flupe l’z’eûs a dit :

« Alans il est timps d'èraler mes èfants », Téche a mètu s'mwin sus l'clitche :

- Atindoz cor one miète dist-èle, dja on saqwè à vos dire. Li samwinne qui vint on va chachî po Napolèyon. Et bin c'djoû-là, vos sauroz quî sèrè mi home di vos deûs. Vos, Djan, vos estoz d'on paûrti, èt vos Giraud, di l'ôte. Li cia qui gangn'rè l'lute mi gangn'rè ossi.

Ah! si s'papa aveûve sitî chacheû èh bin i s'contintreûve avou on chacheû come bia fi, qu'il euche des caurs ou non.

Li grand djoû arive. Les Nankinets et les Bleuwes s'exèrcéy'nut tos les djoûs. Ces deûs paurtis-là sont les saquants r'djètons ses vîs Mélans[1] et des Avreses[2] Là cinquante ans, gn'aveûve dij-hu cints. Asteûre gn'a pus qu'on cint èt d'méy télmint qui les chacheûs ont stî cotchessîs pa les mayeûrs ètrangéres.

Dins les Nankinets, gn'a vraimint qui des pwarteûs aux satch's d'à l'Basse-Nôvîye. Ils ont tchwèsi come captinne li fi do monni dal Batte qui l'z'eûs paye voltî on vère.

Djan est do paurti des Bleuwes, causu tortos des taneûs come li. I n'est nin captinne, mais il est conu come onk des mèyeûs chacheûs.

Li grand djoû est v'nu. Téche est' acoureuwe si bouter à l'wèrène di s'mononke qni d'meûre sus l'martchi Saint-Rèmi.[3] Èle tronne one miète, mins èle a dèl spèrance.

Sus l'place, on s'boure, on s'coboure. On est' asplati sus les maujones ; on gripe sus des chams, sus des chaules, sus les pîres des wèrènes ; on si stint sus l'soû des uches. Gn 'a des Namurwès èt des ètrangères tos costés : sur les twèts, aus barbakènes, dins les gotères. Et à l'mairrîye, li Prumî Consul, avou ses maisses-soudarts, deûs d' ses dwès sus s'vinte ètur deus botnîres di s'djilet, rît dins… s'baube è vèyant nos tayons spotchîs come des sorets.

Tot d'on côp, ons étind des trompètes. C'est les Nankinets qu'ariv'nut pa l'reuwe di l'Andje avou Giraud Tinozet à leû tiesse. Is on tortos on bonet et une casaque coleûr di pia d'chamwèse èt one blanke culote ossi laudje qui les cènes des Mamelouks da Napolèon.

Des tch'faus-godins cour'nut d'vant zels, rouw'nut, agn'nut, pid'nut l'mors-aus-dints po fé resculer les djins.

Ossi vite les Bleuwes, les chaches sus leûs spales, ariv'nut del place Lilon sus trwès rangs. Ils ont lès minmès pîces qui l's'ôtes, seûrmint leû casaque est bleuwe.

Téche les vwet v'nu. Tot d'swîte, èle riconaît Djan qu'èst' à l'dérène rindjîye avou les saquants mèyeûs del binde. C'est zels qu'auront l'pus fwate à fé.

Choûtoz tchanter l'Ban-Cloque del Toû Saint-Djaucque[4] ; choûto li p'tit Francwès djouwer do tambour!

Tortos èchone, les taneûs et les pwarteûs aus satch's mont'nut à chaches. D'on randon, les deûs bindes si lanc'nut one conte l'ôte ; on done des côps d'pids, des côps d'coude, des côps di spale. On saye di s'revièrser, on s'abache, on s'rilève. Alez, les Bleuwes ! On lance les manotes[5] dins les stomacs, on rouwe, on pitte. Aloz les Nankinets ! Les cwârs blonç'nut, les chaches si comèlnut… Les Bleuwes pléy'nut. Gna ddja l'mitan l'geûye al tère èt c'est Giraud Tinozet qui fait tot. Ardent, Giraud! I s'pwate di tos les côstés, i r'vierséye tot. Tot d'on côp, i doue l'avion[6] : deûs taneûs tchéynut. I stint l'ôte djambe èt deûs novias Bleuwes piqu'nut l'tiesse è tère. Coradje les Nankinets ! Tot l’ôte paurti rèscule !

Djau, li, si r'mouwe come on diâle dins del bènite aiwe : i n'vout nin plèyî, li ; il avance todis, il est'à l'prumère rigléye. Li ossi, i comince à doner l'avion. Aloz Djan ! I stint trwès Nankinets. Et co ! Il è stint deûs ôtes. Li v'la d'vant Giraud. I s'rouwe dissus, mais l'ôte ni blonce nin ; i s'rilance èt l'captinne si r'satche. Djan passe yute : à mitan rèvièrsé, i si r'toûne sus one chache èt s'rilève. Giraud li sint nauji… i s' lance à s'tour. Rin à fé. Coradje Djan ! Bravo Giraud ! Is s'bat'nut todis au mitan des ôtes èt g'na nin onk qui pléye.

Les Bleuwes rescul'nut co. Deûs Nankinets acour'nut sotnu leû maisse. Djan s'vwè pierdu. Téche sèrè po l'ôte. I s'rouwe on dérin côp, fout one manote dins l'dos da onke, l'ôte dins li stomac do deuzinme, fout l'pid au captinne. Les trwès Nankinets sont staurés. Aloz Djan ! Aloz les Bleuwes !

Is r'pud nut coradje.

Boute-à-tot ! boute-à-tot ![7] geûle Giraud s'tindu.

Il est trop taurd, les pwarteûs aus satchs bis'nut. Is sont ddja sus l'martchi aus Fèves.[8]

Vique les Bleuwes l Vique li Djan !

Djouwoz tambours! Tchantoz cariyon !

Djan a gangnî Téche.

Flupe Gotia sèrè l'bia pére do mèyeû des chacheûs.

Note Wikissourd
Siné MAULAIR R.N., fwait a Nameur, li 2 d' djulete 1910.

Pî-notes

  1. (i) Les Mèlans r'présintinnt li vîye vile (botchîs, pwarteûs aux satchs, batlis, brèsseûs, briqueteûs; gn'aveûve les Brigades des Nwârs Gernadîs, des Goubises, del Maujone do Rwè, des Racasseûs, et des cias del p1ome).
  2. Les Avresses r'présintinnt les èvirons (Brigade di Djambe, les taneûs, les Montagnards del pwate Saint-Nicolès, les Brigades del Vatche, di l'Astalle, etc.
  3. (3) Place d'Armes
  4. Anciène Tou qui disfindeûve li trwesinme èceinte del vile
  5. Place del chache wou c'qu'on meteûve les mwins po s'tinu
  6. Sitinde one chache po staurer les ôtes chacheûs
  7. On d'mandeuve li boute-à tot quand i gn aveûve nin onk des deùs paurtis qui plèyeûve. Adon, on pleùve si bate come on v'leûve.
  8. Martchi d'l'Andje.