L’arpagon èyét l’ chavetî

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Emojione 270F.svg Ciste ouve ci egzistêye eto divins ds ôtès ortografeyes : Ortografeye do scrijheuRifondou walon.
L’arpagon èyét l’ chavetî
ratournaedje da Lucien Mahin e Feller-Fauconnier
2020
L’arpagon èyét l’ chavetî

Èn arpagon d’meurét d’lé l’ chafti Jâques Criyârd,
Èyét du djoû ô niût, i n’ fyét qu’ rouvelér sès liârds !
Més i n’ ôrét né su pètér in some.
Djâque, ô contrère, c’estét èn ome,
Qui dwarmét, qui tchantét, à désquètér s’ goyi
Èt quand l’ amassoû v’lét soki,
I vos l’ rinvèyét co pus râde,
In foutant yune dé sès roûlâdes !
« Pouqwé d’sèt-i l’avare, ç’ qu’on n’ vind né ô martchi
Du somèy, come djé vind, les wayins d’ més pachis ? »
I fét v’ni Djâque, dédins s’ mojone,
Avé s’ cindrin ét s’ crasse marone.
« Choûtéz Djâque, su èn an, qwé poûlez bin gagni ?
Di-st-i l’avare ô noèr chafti ;
Qui li respond : « I n’a né co stitchi dins m’ tièsse,
D’ carculér ça su du papi !
Djé n’intasse rin dins m’ dresse,
Djé su seûlemint binôje qu’à l’ fin,
Tous lès djoûs dj’é ieû m’ bouquèt d’ pwin ! »
« Ébin par djoû ? di-st-i l’ crézus’, in clignant s’n-oûy :
« Quéque fwé pus, quéque fwé moins’, di-st-i Jâques in riyant !
Més d’zez qu’ là-d’dins ç’ qui nôs-imbrouye :
C’èst qu’i nôs fôt chûre in priyant,
Lès Pâques, lès dimègnes ét lès fièsses,
Ét qu’i nos fôt dalér à mèsse,
Sous pwène dé yèsse dâné,
Di-st-i l’ curé.
Pou l’ mwés Mâriye, fôt payi leûs guirlandes,
« A ls-intèremints, fôt dalér à l’ofrande.
A l’ églîje, c’èst toudi payi :
V’ni ô monde, fé sès pâques, s’ mariér, èyét mori !
L’ ritchârd riyét come ène grosse bièsse !
I li dit : « ôdjourdu, djé vou qu’ tu fèyes èl fièsse :
Djé m’ va t’ donér ’ne saqwé :
Vas-é qué in bouli, du bûre ét du stofé.
Tins v’là cint francs ! pôte-lès râde dins t’ tirwèr !
Pou t’in chiervi, quand tu d’ôras dandji.  »
Djâque prind lès liârds, i s’è va bwère
Ène pinte ô cabarèt, i raconte ès’n-istwère,
Ét pu dins s’ côve, i va râdmint fouyi,
Pou intèrér sès liârds, qui li fyint tant d’ pléji !
In-n-intèrant sès liârds, il intèrét s’ boneûr !
I n’ p’lét pus dwarmi ’ne démi-eûre !
I n’ mindjét pus ! i n’ tchantét pus !
I d’vénét sètch come ène èsquète !
Il avét peû d’ièsse ratindu,
Inpwésoné ! stranné, ou p’tète :
Qu’on l’ trouve dins s’ lit asaziné !
Par niût, si l’ tchat fiét tchér, èl cokemwar ou bin ’ne tasse,
I sôtlét su s’ trantchèt !
Pou dèskeûde èl cârcasse
Ô preumi qu’ôrét v’lu wéti d’ li prinde sès liârds !
I lli ôrét rade moustré qwé ç’ qué c’èst d’ Jâques Criyârt.

Oyi més dè ç’ trin-là, il a râde ieu sti lasse !
I prind lès liârds, i pârt, vint dire à l’arpagon :
« Rindèz-m’ èm’ fwin, èm’ some, èyét m’ vwéa d’ basse,
Èyét r’pèrdéz vôs picayons. »

MORÂLE :

Stitchéz-vous bin tèrtous dins l’ tièsse :
Qué l’ contintemint passe èl ritchèsse.