Ine èhale

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Les crostillons, H. Vaillant-Carmanne, 1889
[ 22 ]
Ine èhale.

N’iat nou timpesse qui n’ vinsse à pont,
Si ç’ n’est nin vraie on l’ dit dè mons.
Des Ligeois riv’nî d’Amèrique,
Des aute dihet qu’ c’esteut d’Afrique,
Qwand n’ timpesse si d’ lahe tot don côp
Et v’la so berdoë li vaisseau.
Li vierna s’ casse, l’aiwe si fait vôë,
Li captaîne brait : — Qu’on tape èvôë
Tot çou qu’est d’ trope, vite, habeiemînt,
Sins çoula, ji n’ respond pus d’ rin.
— Mais pou-je el mér hinner, captaînne,
Ine saquoi, j’è respond qui m’ geînne ?
— C’est sur. — Et bin j’y vanne, meie hu !
Mi feumme tot d’hant grâce â bon Diu.