Pådje:Théophile Bovy - Li grandiveuse, 1899.djvu/23

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cisse pådje ci a stî coridjeye ey est l’ minme ki l’ sicanaedje.
— 22 —

DADITTE (avou on soupir)

Avez-v’s quâsî fini dè préchî !

PORAI

Oh ! ji sés bin qu’ji n’wangn’rè rin. C’est tot côp d’sâbe ès l’aiwe. Li pleu est pris, c’est di m’fâte, et l’âbe mâ tourné est trop vîx po mâie si r’dressî.

DADITTE

Est-ce li bai Gârnir qui v’s a consî di m’fer n’scène ainsi ? Qwand i vinrè co chal, ji lî mosturrè l’ouhe, ci-là ! (aparçûvant qui Porai n’ouveûre pus) Kimint don, el lèyîz-v’ oûve ? Avez-v’s fini vos escossoisses ?

PORAI

Awè j’a fini ; n’esse-t-i nin timps, po on sem’di à l’nute ?

DADITTE

Et bin, i n’a nou mâ, ji va poleûr on pau r’nettî. Avou les hommes avâ l’mohonne on n’pout rin fer d’bon. (louquant à l’térre) Louquîz l’bai Gârnîr qu’a v’nou tapper les cindes di s’pîpe tot costé.

PORAI

Ji m’va n’gotte rinettî, savez.

DADITTE (allant vès l’ârmâ)

Awè, allez.

PORAI (allant vès l’pwoite di dreute)

A-j’ ju on prôpe sârot ?

DADITTE

Awè. Es l’ârmâ so l’deuzême planche. Ji vins dè l’ristinde.