Pådje:L’Aclot.pdf/18

Èn årtike di Wikisource.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cisse pådje ci a stî coridjeye ey est l’ minme ki l’ sicanaedje.
I gn a k’ el tecse e walon k’ a stî rtapé.

ENN’ GADJURRE

(SUITE ET FIN).

— Achîtes, les hommes, dist-i Zante à les camarades in leu f’sant n’clignette, quand il à ieu vu l’gayard bi n’in train avé s’comptache, — éié à ç’t’heure, tournez vo chique sans ri dire, pou n’ni infarfouï Djoseuf.

Juif, va, qué d’l’appelle ainsi ! i n’avou ni co serré s’trappe, qu’i sourtou du cabaret comm’ pou daller pichi éié qu’in twés ajomblées il arrivou à l’maiso Djoseuf.

El’ feumme astou djustémint din l’boutique qu’elle avou v’nu vinde pou n’mastoqu’ dé fassi à in gamin, pa’ç’ qu’il a toudi tant des dgins à ç’maiso là, vo diri l’saïa du pusse. Elle a bi vu tout’ suite à l’mine dé Zante qu’il avou comme en saqué su ses spalles ; ça fait qu’elle di ainsi :

— Quée nouvelle, hon Zante ? Qui ç’ qu’est mourt ?

— Persône em’fie, grâce à Dieu ! qué du contraire, tout va bi, mais ç’ qu’est Djoseuf astou à s’ n’habitute, li aujourd’hu.

— Pouqué d’mandez ça, dist-elle Fine (c’est Fine el no dé ç’ dgin là) ? ç’ qu’i sarou tcheu malate ?

— En’ vo trécassez n’ d’jà ainsi, grande sotte ! I n’d’a p’tette ni pou dé parler…

— Mais qu’est-ç’ qu’il a, hon, pou l’amour dé Dieu ?

— Bi il a qu’ Djoseuf buvou n’goutte ci pu ba à l’Empereur des Romains ; no d’visinn’ du temps qu’il a fait ç’ n’année ci (qu’i n’a pou ieu d’esté) quand t’t-à n’in coup là mon Djoseuf sans ri dire qui va s’mette dévant l’hourlotche éié qui couminche avé s’dwet à sûr el balancier ; nos avons couminchi à rire, nous autres ! Woye mais, au d’bout d’ciq minutes, vïant qu’i n’djoquou ni, nos li z avons dit :

— Allons Djoseuf ! vudi vo chope, nos diron vir pu long !

Bah oui, c’est tout pareil qué si nos arinn’ ieu pété din n’bass ; i n’avou pu n’boun’ raison à tirer d’li éié i d’meurou toudi là in d’sant : ieun ! deux ! ieun ! deux ! comme el balancier dallou ; ça fait qué…

— Mon Dieu Zante, dallonn’ râdmint, dist-elle Fine in brayant ; put-ette qué quand i m’vira ses idées candg’ront et qu’i r’vera à li ; qué malheur ! qué malheur !…

— En’ vo pierdez ni l’tiesse avé ça disou-t-i l’grand fouteu d’pesses tout in n’allant ; c’es n’est put ette qu’en zinn’ qui li passe ainsi et i n’est ni seur qu’i n’bwet ni la s’chope avé l’-z-autes, tranquie comme Batisse…

Mais Fine en’ l’ascoutou pu : elle courou comme en’sotte sans s’ertourner après les dgins qui stinn’ su leu n’huche ié qui li d’mandinn’ pou s’foute dé ielle : Eiu ç’qu’il a du feu, hon, Fine ? éié ielle esst arrivée sans feu sans haleine à l’Empéreur des Romains.

Comme vo sondgi bi, Djoseuf astou au promme à dallatche, ça fait qu’Fine in viant din quée position qui stou a couminchi à d’ner des clamurr’ qu’i n’avou pu à s’intind’ din l’cabaret ; mais Djoseuf, qu’a bi vu l’truc tout’ suite n’a ni même ertourné s’tiesse ; i n’avou pu qu’huitt’ minutes pour li avoé gangni et vo sintez bi qui n’astou ni biesse assez pou s’léï prind dainsi.

Woye mais ça n’faisou ni l’compte dé Fine qui perdou l’affaire à bou ié qui djumissou comme en’vatche estindue ; ça f’sou co moinss’ el compte dé Zante qui viou qué l’Bethléem dé Fine en’ servou à ri ié qui sintou l’moumin arriver qué s’ratchon li r’tchérou su s’nez.

Ça fait qu’il a sté dir’ tout bas à Fine : I n’a pou d’avance savé Fine ; vo li parleri pu bia qu’au bon Dieu qué ç’ sarou paine inutîle. Djé cwé qué l’pu bia d’vo plan c’est co d’fer l’chénance dé ri ié d’l’ermaîner à vo maiso ; no stons toudi ci pou vo d’ner in coup d’main si vo ari des ruj’ avé.

Vos ari co put-ette dwet, dist-elle el pouf’ dgin in frottant ses ys avé s’ceindri éié d’va r’wéti dé l’avoé avé un :

— Djoseuf, dist-elle ainsi à s’n’homme comm’ si elle vénou d’arriver, en’vouri ni bi r’véni s’qu’à l’maiso ; il a là Madame Démélin qu’arou dandgi tout’suite d’en démi lif dé viande hatchée éié qui rattin après din l’boutique…

— Ieun ! deux !

— Allons ! Djoseuf en’ djouez ni au fou ainsi, m’fi ! n’intindez-ni qu’on vo pâle, hon ?

— Ieun ! deux !

Woye mais les camarades Zante, qu’avinn’ toudi leu bufteck bou, ieuss’, d’en’ manièr’ comme dé l’aute, éié qui vïnn’ qué Zante ravisou toudi l’hourlotche in suaut des gouttes, comme des pwés, i n’ont pu seu s’rasténi éié il ont couminchi à rire à scaffiée qué Fine a bi sintu l’ougnon éiè qu’elle a candgi d’ton tout’ suite.

Paç’qué Fine, elle n’est ni belle tous les djous, savé ! C’est ni n’méchante feumme, bi long d’là ; mais si vos avez seul’mint l’air dé vo foute dé ielle, elle né tourn’ ni à l’intour éié elle a râde fait d’vo r’mette à vo chef dé file.

— Ah ! ça va dé d’là, dist-elle in courant sus’ n’homme et in l’impougnant pau bras. Ah ! vo vérez fer des risée avé vo feumm’ din les cabarets !

— Ieun ! deux ! disti Djoseuf in f’sant daller s’bras gauche, vu qué s’feumm’ ténou l’aute din s’main.

— Là twé, grand vauri ! qu’elle crie Fine in r’tirant s’ n’homme éié in li f’sant fer d’mi tour.

— Fourte, disti Djoseuf, dj’ai pierdu !

I n’avou ni à r’nicter : i stou chix heures éié treize minutes.

I n’faut ni cwère quédfwé qué Djoseuf a sté mauvais d’ça, savé : i n’a ni ç’ sin’ là ; il a coumandé deux chopes, ieun’ pour li et ieun’ pou s’feumm’ éié il a mis Fine au courant du djeu.

Woye mais Fine, ça n’a ni sté l’même ielle ; quand elle a ieu seu qu’on li-z-avou djué n’fârce pareye ell’ n’a seu rî dire, pass’ qu’après tout ell’ n’avou qu’a ni s’leï prinde ; mais au viou qu’elle mindjou s’âme.

Etou despu adon, si vo volez l’fer damner, vo n’avez qu’à li parler d’Zante ! elle né sait ni pu l’sinte qu’in tchi mauvais et elle lé voët t’taussi volti qu’en’ rontche à s’cu.

Stoisy.